[Carnet noir] Ray Harryhausen : le maître des effets-spéciaux est décédé

NEWS | 8 mai 2013 | Aucun commentaire

C’est en voyant le premier King Kong, réalisé par Merian C. Cooper, en 1933, que Ray Harryhausen se découvre une vocation pour les effets-spéciaux de cinéma. Ayant la chance d’exposer ses premiers travaux, tournant principalement autour d’animaux préhistoriques, au maître Willis O’Brien, celui-la même qui a réalisé les effets de King Kong, Harryhausen se lance alors à corps perdu dans une carrière dans le septième-art. Soutenu par sa famille, il se voit engagé par son mentor, O’Brien, pour bosser sur Monsieur Joe, un autre film mettant en scène un gorille aux proportions hors-normes. Son savoir-faire lui permet de s’émanciper, tandis qu’O’Brien peine à monter ses propres projets. Harryhausen est lancé. Spécialisé dans l’intégration d’animations image par image dans des décors réels, Harryhausen signe les effets-spéciaux du Monstre des temps perdus en 1953 et ne cesse d’être sollicité, bâtissant (image par image) sa légende.

Sa rencontre avec le producteur Charles H. Schneer est déterminante. Il collaboreront ensemble plus de 25 ans, montant des projets comme Le Septième Voyage de Sinbad, premier long-métrage en couleur présentant des effets-spéciaux aussi révolutionnaires.

Père de la dynamation, qui consiste à combiner à l’écran, prises de vues réelles et miniatures, Ray Harryhausen, s’inspirant du travail d’artistes déterminants comme George Méliès, a permi aux histoires les plus fantasmagoriques de prendre vie sur un écran de cinéma. Grâce à lui, les personnages fictifs et autres monstres interagissent enfin avec les vrais acteurs, donnant lieu à des scènes amenées à traumatiser de la manière la positive qui soit des générations entières de spectateurs.

Il révolutionne le septième-art, poussant toujours un peu plus loin les limites des effets-spéciaux, avec des œuvres comme Les Voyages de Gulliver, Jason et les Argonautes ou encore (pour n’en citer qu’une poignée) le mythique Choc des Titans en 1981.

Plus rare à partir du début des 80’s, Harryhausen reste proche du milieu du cinéma et apparaît en tant qu’acteur dans Drôles d’espions, Elfe (un film dont certains effets-spéciaux lui rendent hommage) et plus récemment Cadavres à la pelle.

Personnalité mythique du cinéma et génie unanimement reconnu, Ray Harryhausen a notamment fortement influencé des réalisateurs comme Tim Burton, George Lucas ou bien sûr Steven Spielberg qui offrit à Harryhausen le titre honorifique de consultant sur Jurassic Park.

Ray Harryhausen In Action

 

Ray Harryhausen est décédé le mardi 7 mai à Londres. Il avait 92 ans.

@ Gilles Rolland 

Par Gilles Rolland le 8 mai 2013

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments