[News] Le Punisher lave son ligne sale entre amis

NEWS | 18 juillet 2012 | Aucun commentaire

Chez Marvel, il y Iron Man, le justicier milliardaire, Hulk, le scientifique soupe au lait, Spider-Man, l’ado acrobate, Captain America, le soldat patriote ou encore Frank Castle, alias Le Punisher. Ce dernier dénote dans l’univers Marvel. Le Punisher tue à tour de bras, souvent de manière violente. Animé d’une rage incommensurable, il se frotte aux plus immondes salopards de la Terre et met un terme à leur règne de terreur à grands coups de poings dans les dents ou armé de grosses pétoires. Le Punisher n’a pas de supers-pouvoirs, mais sa colère et son refus des compromis font de lui un “héros” relativement original.

Au cinéma, Le Punisher a eu droit à trois adaptations. La première, un peu cheap, avec Dolph Lundgren, la seconde trop light avec Thomas Jane, et la troisième, peut-être la plus jusqu’au-boutiste, avec Ray Stevenson. Aucune de ces versions n’a pour ainsi dire tutoyé les sommets du box-office comme ont pu le faire les Iron Man et autres Spider-Man. Faut dire que Le Punisher n’est pas un héros tout public. Pas franchement le candidat idéal pour les sorties familiales du vendredi soir.

Quoi qu’il en soit, l’adaptation définitive de The Punisher reste à faire. Thomas Jane en est lui aussi persuadé. Après avoir tenu à bout de bras ce même rôle dans le film pré-cité, le voici qui revient au Comic-Con armé d’un court-métrage de 10 minutes, intitulé Dirty Laundry (lessive sale), où il reprend les armes. Le nom du Punisher n’est jamais évoqué, ni même celui de Frank Castle. Pourtant c’est bien lui, comme en atteste la fin. Produit par le studio de l’acteur, le court-métrage donne envie d’en voir plus. La rage, la violence et l’efficacité de la mise en scène scotchent d’emblée. En cela, Dirty Laundry n’est pas à mettre entre toutes les mains. Dans tous les cas, la preuve est désormais faite que Thomas Jane est l’homme de la situation. Croisons les doigts pour que le film emballe autant les dirigeants du studio Marvel que nous.

Le pitch est simple : Frank va faire sa lessive. Dans la rues, des gars font régner leur loi à grands coups de poings sur un pauvre gamin. Frank sort et… la suite dessous.

@ Gilles Rolland

Par Gilles Rolland le 18 juillet 2012

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments