[Critique série] BROADCHURCH – Saison 3

SÉRIES | 20 novembre 2017 | Aucun commentaire
Broadchurch-saison3-poster

Titre original : Broadchurch

Rating: ★★★★½
Origine : Angleterre
Créateur : Chris Chibnall
Réalisateurs : Paul Andrew Williams, Daniel Nettheim, Liz Arnold.
Distribution : Olivia Colman, David Tennant, Jodie Whittaker, Andrew Buchan, Adam Wilson, Charlotte Beaumont, Arthur Darvill, Carolyn Pickles…
Genre : Thriller/Policier/Drame
Diffusion en France : France 2
Nombre d’épisodes : 8

Le Pitch :
Patricia Winterman, une mère de famille, a été violée pendant une grande réception dans les environs de Broadchurch. En charge de l’affaire, Alec Hardy et Ellie Miller craignent qu’un prédateur sexuel ne rode dans la région.
En marge de l’enquête, les Latimer tentent toujours d’aller de l’avant, trois ans après le meurtre de Danny et la libération de Joe Miller, le responsable…

La Critique de la saison 3 de Broadchurch :

Un troisième acte avant de conclure définitivement. C’était ce qui était convenu et c’est ce qui devrait se passer. Dernière enquête pour le duo Alec Hardy/Ellie Miller et dernière énigme à résoudre dans les méandres de Broadchurch, cette petite ville anglaise en bordure de la Manche où les habitants ne sont parfois pas ceux qu’ils prétendent être…

Broadchurch-saison-3

 

Nouvelle traque…

Alors que la saison 1 se focalisait entièrement sur la disparition du jeune Danny Latimer, la saison 2 se scindait en deux parties pour aller explorer le passé du personnage joué par David Tennant, tout en continuant d’exploiter l’histoire des Latimer. La saison 3 fait un peu la même chose. D’un côté une enquête indépendante, et de l’autre les Latimer, que l’on retrouve trois ans après la tragédie qui a bouleversé à jamais le cours de leur existence. Fort d’une recette qui fonctionne non seulement à plein régime et doté d’un scénario en béton, qui ne peine à aucun moment à jouer sur ses deux tableaux simultanément, le showrunner Chris Chibnall a une nouvelle fois touché en plein dans le mille.
Broadchurch, fidèle à ses habitudes, adopte rapidement une rythmique à deux vitesses. Car si la série prend toujours son temps pour bien brosser ses personnages et ainsi encourager l’empathie, semer le trouble quand il s’agit des plus ambiguës d’entre eux, et nous amener sur de nouvelles pistes et instaurer un vrai suspense, elle sait aussi avancer plutôt vite et interdit ainsi toute notion d’ennui. Les personnages directement concernés par l’enquête des deux inspecteurs sont brillamment introduits et chacun trouve très vite sa place dans l’échiquier. Alec Hardy et Ellie Miller pour leur part, ne déçoivent pas non plus et continuent d’incarner les valeurs de la série tout en faisant également le lien entre l’arc narratif des Latimer et celui de l’investigation tortueuse à laquelle ils sont confrontés. Le tout en racontant leurs propres trajectoires de vie, qui elles aussi nourrissent la dynamique de Broadchurch.
On pourrait même aller jusqu’à dire que ce nouvel acte est plus cohérent et mieux agencé que le précédent. Avec cette brillante conclusion, la série retrouve pleinement l’efficacité de la saison 1 mais aussi une certaine aisance à la base d’un script malin, retors et plein d’humanité.

Broadchurch-saison-3-Tennant-Colman

Pas d’esbroufe

Car la vraie valeur ajoutée de Broadchurch est peut-être là. Très « british » dans l’âme, la série se refuse à tout sensationnalisme et garde ainsi ses distances avec les schémas plus américains. Les plus outranciers en tout cas. Broadchurch préfère coller de près à ses personnages, qu’il s’agisse des « gentils » ou des « méchants ». À ce propos, il faut aussi souligner ce refus tout aussi affirmé de ne pas sombrer dans un manichéisme trop encombrant. Pleine de nuances, l’histoire de cette troisième saison parvient encore une fois à épaissir son propos au fil des épisodes tout en abordant plusieurs thèmes, directement relatifs ou non à l’enquête principale. On parle bien sûr de deuil, l’une des thématiques clés de la série mais aussi de résilience. Avec une force renouvelée d’ailleurs concernant ce dernier point.
Cela dit, il faut aussi préciser que Broadchurch, en opérant de la manière dont elle opère, dans l’intimité des foyers, dans les non-dits et tout en restant fidèle à cette propension à rester « réaliste » et sobre, sait bien entendu se montrer plus palpitante que n’importe quel épisode des Experts (par exemple). Baignant dans une lumière qui met en exergue les tensions et qui fait écho à la souffrance que peuvent ressentir les victimes, Broadchurch a su ne jamais décevoir et se payer une conclusion à la hauteur de ses ambitions. C’est assez rare pour être souligné et apprécié !

En Bref…
Une troisième et ultime saison remarquable, qui multiplie une nouvelle fois les révélations et instaure un solide suspense sans céder aux sirènes de l’entertainment putassier. Les comédiens sont toujours aussi excellents, c’est prenant et immersif. Si la série manquera, force est de lui reconnaître le courage d’avoir su arrêter avant de faire du sur place. Une date dans l’histoire des séries britanniques.

@ Gilles Rolland

Broadchurch-poster-saison3-cast

Crédits photos :

Par Gilles Rolland le 20 novembre 2017

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments