[Critique série] LOVE – Saison 3

SÉRIES | 31 mars 2018 | Aucun commentaire
Love-saison-3-poster

Titre original : Love

Rating: ★★★★★
Origine : États-Unis
Créateurs : Judd Apatow, Paul Rust, Lesley Arfin
Réalisateurs : Michael Showalter, Judd Apatow, Alex Karpovsky, Janicza Bravo, Ryan McFaul, Michael Lewen, Lynn Shelton, Nisha Ganatra.
Distribution : Gillian Jacobs, Paul Rust, Claudia O’Doherty, Chris Witaske, John Ross Bowie, Iris Apatow, Dave Allen, Steve Bannos, Tracie Thoms, Mike Mitchell, David Spade…
Genre : Comédie/Romance
Diffusion en France : Netflix
Nombre d’épisodes : 12

Le Pitch :
Mickey et Gus sont officiellement en couple. Amoureux et bien décidés à donner une chance à leurs sentiments, ils tentent aussi de faire progresser leur carrière respective. Alors que Mickey se voit offrir un poste à responsabilité à la radio où elle travaille, Gus doit gérer une nouvelle classe de jeunes comédiens sur le tournage de la série TV qui l’emploi…

La Critique de la saison 3 de Love :

Ils l’avaient annoncé et ils vont s’y tenir : la saison 3 de Love est la dernière. Gus, Mickey et tous leurs amis font un dernier tour de piste avant de tirer leur révérence. Une décision qui a du sens, car il est toujours préférable, même si c’est parfois difficile, de se retirer quand on est au sommet plutôt que de tirer sur la corde indéfiniment jusqu’à tomber au plus bas (coucou The Walking Dead). Dans le cas de Love, cela ne va pas sans une certaine amertume également. Car autant le dire tout de suite : la saison 3 de Love est la meilleure de toutes. Oui carrément. Et le fait que ce soit aussi la plus « positive » y est pour quelque chose…

Love-season-3-Iris-Apatow

All you need is…

La totalité de l’histoire contée par la série Love se déroule sur un laps de temps assez court. Il ne se passe en effet que 8 mois entre le premier et le tout dernier épisode. Les deux premières saisons voyaient Mickey et Gus, les deux personnages principaux interprétés par Gillian Jacobs et Paul Rust, se tourner autour, se réunir et se séparer dans une valse compliquée et toujours parfaitement pertinente par rapport aux enjeux et aux thématiques abordées. La saison 3 quant à elle, les voit assumer leurs sentiments et s’apaiser. Désormais bien ensemble, ils vivent leur amour, l’expriment à voix haute et tentent d’aller de l’avant, portés par un enthousiasme qui parvient d’emblée à traverser l’écran pour nous toucher en plein cœur.
C’est ici qu’il convient de rappeler que Love s’inscrit dans la lignée des précédentes œuvres de Judd Apatow, qui fait partie des créateurs (avec Lesley Arfin et Paul Rust) et des réalisateurs. Apatow qui a donc fait du show une prolongation de sa filmographie, avec cet humour parfois trash mais jamais totalement gratuit ou agressif et cette tendance à savoir parfaitement croquer des sentiments compliqués car parfois contrariés sans jamais tomber là encore dans l’excès. Le tout avec bienveillance.
Apatow, Paul Rust et Lesley Arfin qui ont donc décidé de faire de cette conclusion en 12 épisodes une sorte de saison « feel good ». Un choix totalement assumé qui donne lieu à des séquences où les sentiments explosent en favorisant l’émergence d’une belle émotion, par ailleurs très bien relayée par des acteurs toujours aussi excellents. Gillian Jacobs, dont la Mickey, plus calme et déterminée, demeure aussi attachante, Paul Rust, qui amène son personnage Gus, à un autre niveau, où les névroses ont moins d’emprise (même si elles sont toujours présentes), et tous les autres, la remarquable Claudia O’Doherty, Chris Witaske et Mike Mitchell en tête.

Love-season-3

Love is all you need

Dès le premier épisode, cette nouvelle saison annonce la couleur. Aussi hilarant que parfait pour se remettre dans le bain, il démontre de l’étonnante capacité de l’écriture de se renouveler sans faire de sur place mais sans renier non plus tout ce qui fait son sel. La suite est donc au diapason. Quelques épisodes tournent bien sûr autour de problèmes bien précis, concernant Mickey et Gus mais aussi Bertie, mais globalement, le positif l’emporte. Inondé de lumière, ce troisième acte va de l’avant, entrevoit des solutions et se montre extrêmement bienveillant envers ses personnages alors que vient l’heure pour eux de tirer leur révérence. En cela, le tout dernier épisode est remarquable. Un des meilleurs de la saison dans son intégralité. Un épisode en forme de bilan déguisé, dont les tenants, les aboutissants et le mode opératoire, cristallisent tout ce qu’a accompli Love en trois ans. Une série sur l’amour et ses complications, sur l’amitié également et l’ambition. Sur les trentenaires et sur les adolescents gentiment attardés. Sur un geek maladroit empêtré dans ses certitudes et sur une jeune femme un peu paumée et résolument rock and roll.
Un show avant tout pertinent, rythmé à la perfection, dont l’une des qualités évidentes est de ne jamais faire preuve de trop de prétention. Peut-être est-ce d’ailleurs pour cela qu’il est un peu passé en dessous des radars depuis le début de sa diffusion. Mais c’est ce côté un peu outsider qui lui confère aussi son charme. De la même façon que Freaks and Geeks en son temps, une autre série Judd Apatow, Love a tout compris à son sujet et a offert au public, une alternative à toutes ces séries préfabriquées, qui sont toutes bâties sur le même modèle. Heureusement, Love, contrairement à Freaks ans Geeks, a pu aller jusqu’au bout de sa démarche. Boucler la boucle et se poser comme la chronique définitive d’une génération. Avec tout ce que cela comprend d’universalité.

En Bref…
Drôle, passionnante, émouvante et terriblement vraie, la saison 3 de Love est la meilleure de toutes. Ce qui, vu la qualité des deux précédentes, n’est pas peu dire. Une série qui tire donc sa révérence avec flamboyance, avec douze épisodes parfaitement écrits, réalisés et interprétés. C’est aussi simple que cela. Au final, Love est sans aucun doute, dans son genre, l’une des plus belles réussites de ces dernières années.

@ Gilles Rolland

Love-season-3-Gillian-Jacobs-Paul-Rus  Crédits photos : Netflix

Par Gilles Rolland le 31 mars 2018

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments