[Critique série] THE WALKING DEAD – Saison 9

SÉRIES | 26 avril 2019 | 1 commentaire
The-Walking-Dead-saison9-poster

Titre original : The Walking Dead

Rating: ★★½☆☆

Origine : États-Unis

Créateurs : Frank Darabont, Robert Kirkman

Réalisateurs : Greg Nicotero, Daisy Mayer, Dan Liu, Rosemary Rodriguez, Larry Teng, Michael Cudlitz, Michael E. Satrazemis, David Boyd, Meera Menon, Liesl Tommy, Millicent Shelton, Laura Belsey.

Distribution : Norman Reedus, Danai Gurira, Andrew Lincoln, Lauren Cohan, Melissa McBride, Alanna Masterson, Josh McDermitt, Christian Serratos, Seth Gilliam, Ross Marquand, Jeffrey Dean Morgan, Tom Payne, Khary Payton, Dan Fogler, Jon Bernthal, Samantha Morton, Ryan Hurst…

Genre : Horreur/Épouvante/Drame/Adaptation

Diffusion en France : OCS

Nombre d’épisodes : 16

Le Pitch :

Plus d’une année s’est déjà écoulée depuis la défaite de Negan et des Sauveurs. Le calme est revenu du côté des communautés. Malgré tout, des tensions font leur apparition. Tout le monde n’étant pas en accord avec les choix que Rick tente d’imposer. Rien d’aussi grave cependant que la menace que les Chuchoteurs représentent. Tapis dans l’ombre, ils attendent patiemment leur heure…

La Critique de la saison 9 de The Walking Dead :

Précédemment dans The Walking Dead : Rick décide enfin de se sortir les doigts et fédère les communautés asservies par Negan. S’ensuit un interminable (et dans interminable, il y a minable) affrontement qui trouve son point d’orgue quand Rick accule Negan et finit par lui trancher la gorge. Mais pas trop profondément non plus car son but n’est pas de le tuer. Juste de le mettre hors d’état de nuire… Nous retrouvons donc ce bon vieux Negan enfermé dans une cellule au début de la saison 9. Rick lui, a vu l’étrange et soudaine apparition de multiples poils blancs dans sa tignasse. Le stress sans doute. En vieux sage chancelant, telle une sorte de copie sous Lexomil de Gandalf, il traîne ses guêtres et tente d’imposer sa vision approximative d’un avenir meilleur. Du coup à Alexandria, les Bisounours veulent imposer leur loi. Tout ça parce qu’un jour, Carl a dit que ce serait quand même cool d’arrêter de se mettre sur le coin de la tronche pour faire pousser des légumes ensemble. Et comme The Walking Dead n’est pas à une allégorie foireuse près, Rick construit un pont. C’est chouette un pont. Un beau symbole d’union entre les peuples… Disons-le tout net : nous n’attendions rien de cette saison. Depuis le départ de Frank Darabont, il y a maintenant très longtemps, la série inspirée des comics de Robert Kirkman n’a fait que décliner. Au début ça allait encore mais depuis deux ou trois saisons, ça ne va plus du tout. Non contente d’avoir touché le fond, The Walking Dead ne cesse de creuser pour renouveler une bêtise qu’elle se paye en plus de luxe de brandir tel un étendard.

The-Walking-Dead-Andrew-Lincoln
Crédits photos : AMC

Gangrène

Les huit premiers épisodes de la saison 9 sont nuls. Pas moyen de le dire autrement. Pépé Rick ne se résume plus qu’à une somme de clichés navrants et Maggie le suit de près. Les autres arrivent parfois à surnager dans cet océan de stupidité, comme Michonne ou Daryl mais globalement, il n’y a pas grand chose à sauver. Surtout qu’en l’occurrence, la série continue de systématiquement miser sur des choix au mieux illogiques au pire complètement à la ramasse pour toujours tourner en rond. Les zombies sont là, en fond, mais ce sont les joutes verbales durant lesquelles les personnages causent pour savoir qui commande, qui dominent. Aucun changement notable depuis la saison 8. C’est toujours plus mauvais. Et quand la première enfilade se termine, laissant la place à la pause de mi-saison, le scénario nous impose une conclusion tellement foireuse que ça en devient presque risible. Mais les toutes dernières minutes de l’épisode 8 nous offrent aussi une espèce de retournement de situation qui laisse dubitatif : d’un coup d’un seul, après un coup d’éclat de Pépé Rick, la série fait un bon en avant de plusieurs années. Comme si, dépassés par la nullité de leur propre boulot, les scénaristes avaient décidé d’enfin faire preuve d’un peu de radicalité pour tenter de sauver ce qui pouvait encore l’être. On peut aussi y voir l’arrivée de la nouvelle showrunneuse. Consciente que The Walking Dead était dans le même état de putréfaction que les zombies qu’elle met en scène, cette dernière a préféré essayer de repartir de zéro.

The-Walking-Dead-Negan-s9

Nouveau départ

Et ça marche. Enfin un peu. Si le show a sacrifié des personnages avec un je-m’en-foutisme total (elle est où Maggie ?), cela lui a permis de relancer la machine et de partir dans une autre direction. En cela, les 8 derniers épisodes de la saison font preuve d’un peu plus de flamboyance. Surtout le 15 ème à vrai dire. Un petit miracle qui permet à The Walking Dead de renouer avec la verve, non pas de ses débuts, mais de la saison 3 ou 4. Un épisode triste, violent et relativement bien rythmé. Dommage que la conclusion soit à nouveau décevante. Et au fond, c’est ça le truc avec la série : chaque fois qu’elle avance d’un pas, elle s’empresse de reculer de deux. Mais bon… L’arrivée des Chuchoteurs, amenés par la glaçante Samantha Morton, aide quand même pas mal. Ces antagonistes ont du potentiel. Comme le personnage campé par Ryan Hurst qui offre d’ailleurs à Noman Reedus l’occasion de lui aussi se sortir les doigts. Traversée de scènes étonnamment radicales, qui réveillent et ravivent un intérêt qu’on croyait bel et bien cané, cette deuxième partie contient de bonnes choses. Pas de quoi sauter au plafond non plus car régulièrement, le show douche nos espoirs de voir revenir la fureur et le désespoir dans ce qu’ils avaient jadis de plus primaire et de plus déchirant. Mais ça c’est avant… Aujourd’hui, The Walking Dead est clairement une série qui a du mal à savoir où elle va. Une série qui essaye très maladroitement d’endiguer la fuite des spectateurs. Une saison 10 est confirmée. On verra mais encore une fois, les espoirs sont minces…

En Bref…

Avec une première partie indigente, ridicule et complètement ennuyeuse et un second acte plus nerveux, mieux écrit et résolument plus sombre, la saison 9 est coupée en deux. Au final, on ne peux pas dire qu’elle soit du niveau des premières. On ne peut même pas dire qu’elle soit bonne. Juste meilleure que la précédente. Ce qui n’était déjà pas gagné…

@ Gilles Rolland

The-Walking-dead-s9
Par Gilles Rolland le 26 avril 2019

Déposer un commentaire

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Karl Libus
Karl Libus
2 années il y a

Yesss!!! Ça marche !!!