[Critique] DRACULA

STARVIDEOCLUB | 11 mars 2012 | 1 commentaire

Titre Original : Bram Stocker’s Dracula

Rating: ★★★★★
Origine : États-Unis
Réalisateur : Francis Ford Coppola
Distribution : Gary Oldman, Winona Ryder, Anthony Hopkins, Cary Elwes, Tom Waits, Richard E. Grant, Sadie Frost…
Genre : Epouvante/Romance
Date de sortie : 13 janvier 1993

Le Pitch :
Alors qu’il se rend dans les Carpates pour négocier l’achat de propriétés au profit de son client, le mystérieux comte Dracula, Jonathan Harker va être happé dans un tourbillon de surnaturel et de ténèbres anciennes…

La Critique :
De par son titre original, le film de Coppola se veut être une adaptation fidèle du célèbre roman épistolaire gothique de Bram Stoker. Ce livre est le premier à associer la figure historique de Dracula à la créature surnaturelle qu’est le vampire. De ce point de vue, le film tient ses promesses. On peut difficilement lui reprocher de ne pas respecter le matériau de base. La séquence d’ouverture nous montre Dracula en noble roumain du Moyen-Age combattant les Turcs et perdant sa promise par la traîtrise de ces derniers. Celui-ci devient fou et renie Dieu, pour lequel il s’est battu, scellant ainsi son destin pour des siècles et des siècles… Associant donc étroitement les ”deux” Dracula, le film fait un léger écart par rapport au livre mais gagne par là même une certaine identité. Dès les premières scènes, ce qui frappe le spectateur, c’est l’esthétique, la scénographie et la photo. Très travaillées, ces dernières ont des faux airs d’opéra et apportent un certain charme rétro sans tomber dans le kitsch de mauvais goût. Un sacré cachet en somme. L’univers visuel du film est riche et restitue à merveille l’ambiance mystérieuse et brumeuse des Carpates tout comme l’Angleterre industrielle victorienne dans ce qu’elle a de plus fascinant, notamment à travers le décor intriguant de l’asile où croupit un Tom Waits freakesque sous les traits de Renfield, prédécesseur malheureux de Harker, fasciné autant que terrifié par le comte vampire. Cet aspect visuel si particulier vient du fait que Coppola s’est refusé à tout usage de l’informatique dans le domaine des effets-spéciaux. On a donc beaucoup de maquillages, ceux-ci, très réussis, ont d’ailleurs été récompensés aux Oscars. Le vampire passant par plusieurs formes (plus ou moins bestiales) tout au long du film. La musique n’est pas en reste, avec d’excellents thèmes qui restent gravés dans l’esprit des cinéphiles. Pour ce qui est du casting, le moins que l’on puisse dire, c’est que Coppola a réuni une sacrée brochette ! Gary Oldman est à tomber par terre dans un rôle à plusieurs facettes, le comte étant une personnalité assez riche permettant à l’acteur de nous livrer une fort belle performance. Les autres ne sont pas en reste mis à part Keanu Reeves, quelque peu en retrait. Anthony Hopkins est tout à fait crédible en docteur du surnaturel quelque peu frappadingue (mais vu le scénario du film, c’est le plus lucide de la bande), Winona Ryder en jeune femme victorienne qui se laisse emporter par Dracula est pleine de grâce…, tout le monde livre une bonne performance. Tout cela au service d’un scénario qui suit le roman presque à la lettre. Hormis des différences minimes, l’esprit de l’œuvre originale est respecté. Ce qui n’a pas évité les polémiques : d’une part, certains trouvaient que ces quelques libertés avec l’ouvrage de Stoker étaient inutiles et d’autre part, les séquences plutôt connotées, qui ont fait se dresser leurs cheveux sur les têtes des pudibonds.

La réalisation est souvent étonnante, avec des scènes tournées à l’envers ou divers autres choix audacieux qui renforcent encore le niveau d’intérêt du film. Pour faire simple, ce film est certainement l’une des plus belles versions du mythe de Dracula et l’un des meilleurs films de vampires jamais réalisés (par les temps qui courent, ça fait du bien…) avec une identité forte et unique et un si grand nombre de qualités que c’est difficile de toutes les évoquer. Le succès, tant commercial que critique du film à sa sortie est éloquent. Il reçut quelques récompenses, pour le son, les costumes et le maquillage aux Oscars.

@ Sacha Lopez

Par Sacha Lopez le 11 mars 2012

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
trackback

[…] À noter que c’est Tom Waits qui tient le poste du narrateur. Waits qui jouait déjà dans Dracula. […]