[Critique] HALLOWEEN 2

STARVIDEOCLUB | 31 octobre 2021 | Aucun commentaire
Halloween 2

Titre original : Halloween 2

[rating:3.5/5

Origine : États-Unis

Réalisateur : Rick Rosenthal

Distribution : Jamie Lee Curtis, Donald Pleasence, Charles Cyphers, Dick Warlock, Dana Carvey, Leo Rossi, Jeffrey Kramer, Lance Guest…

Genre : Épouvante/Horreur/Suite/Saga

Durée : 1h35

Date de sortie : 16 juin 1982

Le Pitch :

31 octobre 1978. Michael Myers est de retour à Haddonfield. Après une nuit d’horreur, il est mis hors d’état de nuire par son psychiatre, le docteur Loomis. Pourtant le cauchemar de la jeune Laurie Strode ne fait que commencer…

La Critique de Halloween 2 :

Fin des années 1970. John Carpenter donne naissance au mythique Michael Myers. Mieux encore, il impose les codes du slaher. Sa Nuit des masques est un chef-d’œuvre dont le final pouvait facilement amener une suite. Mais que penser du deuxième opus qui fut justement rapidement mis en chantier après le succès d’Halloween ?

Nuit de folie

Terminée la banlieue paisible qui fait rêver les jeunes couples. Halloween 2 n’y va pas par quatre chemins (ça tombe bien, Myers non plus !), et nous plonge directement dans l’action ou plutôt dans l’horreur. Rick Rosenthal et John Carpenter (car s’il n’est pas crédité en tant que réalisateur, Carpenter a bien participé à la mise en scène de cette suite) nous ramènent en 78, plus précisément le 31 octobre et relancent la machine au masque blanc. Dès l’ouverture du film, six coups de feu retentissent et une silhouette tombe d’un balcon. Halloween 2 a donc l’audace d’être une suite directe au matériau d’origine, qui plus est une suite à l’introduction remarquablement efficace.

En effet, l’heure n’est plus à l’observation ni aux repérages, le spectateur a besoin d’action. Le ton est donné par le phrasé du Docteur Loomis et par une bande son extrêmement rythmée. Si elle est toujours dirigée par Carpenter lui-même, le père de la franchise est ici accompagné par Alan Howarth qui apporte un aspect plus synthétique mais aussi plus énergique au thème principal.

halloween-2-Donald-Pleasence

Cauchemar aux urgences

Toutefois si le rythme des deux films est différent, on leur trouve un point commun sur la première partie : le choix de la vue subjective, comme pour coller au plus près de l’ambiance anxiogène créée par Carpenter. Cependant Halloween 2 se démarque ; ici la caméra subjective est constamment en mouvement. Ce qui implique totalement le spectateur dans la fuite de Myers ici opposé aux forces de l’ordre. On peut même y voir comme un clin d’œil à la scène d’ouverture du premier film.

Mais la grande force de ce deuxième épisode, c’est encore sa capacité à s’imbriquer parfaitement à La Nuit des masques tout en se démarquant, notamment par rapport aux décors. Les grandes maisons et les ruelles sombres laissent place à un centre-ville animé et à de longs et sinistres couloirs d’hôpital. De plus, le film se passe uniquement de nuit, contrairement à son prédécesseur qui disposait d’une intrigue développée sur une plus longue période.

Le choix du lieu d’action est finalement logique puisque l’idée principale est de suivre une Laurie Strode sous le choc et blessée, une nouvelle fois parfaitement campée par Jamie Lee Curtis. Cependant Rick Rosenthal tombe (trop ?) facilement dans les clichés du genre : hôpital quasiment vide, personnages secondaires rendus inintéressants car pas franchement futés… Le scénario de Debra Hill et John Carpenter est tout de même très solide, apportant même une révélation au sujet des personnages que tout le monde connaît aujourd’hui bien sûr mais qui, à l’époque, a dû scotcher le spectateur à son siège.

Cet élément crucial justifie à lui seul l’existence d’Halloween 2 malgré son dénouement peu convaincant. Enfin, on peut regretter l’accumulation des meurtres (bien plus sauvages ici) car, même s’ils assurent un spectacle jouissif pour les fans du genre, ils ne viennent jamais entrer en cohérence avec les motivations du tueur. Cependant… un enchaînement de morts originales… n’est-ce pas ce que l’on attend d’un slasher et aussi de Michael Myers ?

En Bref…

Rick Rosenthal (bien aidé par Carpenter) livre avec Halloween 2 une suite relativement fidèle à l’œuvre originale, ou tout du moins beaucoup plus légitime que son Résurrection de 2002. Le gore, valeur ajoutée du film pour les fans, accompagné d’un certain nombre d’éléments qui vont dans la continuité de La Nuit des masques font de ce film une suite plus qu’honnête, malgré une fin qui aurait pu être meilleure.

@ Kévin Lefebvre

halloween_ii_Jamie-Lee-Curtis
Crédits photos : Universal Pictures
Par Kevin Lefebvre le 31 octobre 2021

Déposer un commentaire

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires