[Critique] L’ÉQUIPÉE SAUVAGE

STARVIDEOCLUB | 31 juillet 2012 | Aucun commentaire

Titre original : The Wild One

Rating: ★★★★☆
Réalisateur : Laszlo Benedek
Distribution : Marlon Brando, Lee Marvin, Jay C. Flippen, Robert Keith, Mary Murphy, Alvy Moore, Hugh Sanders, Ray Teal, John Brown, Will Wright, Timothy Carey, Angela Stevens, John Doucette, Pat O’Malley, Robert Bice, Jerry Paris, Alvy Moore…
Genre : Drame
Date de sortie : 14 avril 1954

Le Pitch :
Après avoir perturbé une course de moto, une bande de motards investit une petite ville paisible. Bourgade qu’ils vont rapidement mettre à sac…

La Critique :
Inspiré d’un fait divers survenu à Hollister en Californie, L’Équipée Sauvage est un film important à plus d’un titre. Influence suprême d’un nombre considérable d’artistes et d’aspirants rebelles, le long-métrage de Benedek a, par exemple, marqué au fer rouge Elvis Presley et John Lennon. Le premier, qui s’inspira du look de Brando pour se forger le sien et le second qui, selon la légende, dégota le nom de son groupe dans les dialogues du film. Le rock doit alors d’une certaine façon beaucoup à L’Équipée Sauvage, que ce soit au niveau de l’imagerie, mais aussi tout autant pour ce qui relève de l’attitude générale, en opposition avec la bien-séance et les règles établies par une société cloisonnée. Car L’Équipée Sauvage est peut-être le premier film important qui glorifie la marginalité en lui offrant un écrin qui a vraiment de la gueule. Dans son perfecto, Brando a la classe et un charisme ahurissant. Il parle peu, balade sa carcasse de bad boy de ville en ville et s’affranchit de toute notion de limite. La contrainte, Johnny (c’est son nom) s’en balance. C’est un rebelle qui trace avec sa grosse cylindrée, sans se soucier du quand dira-t-on et des règles. Le cinéma américain ne s’en remettra jamais.
Le cinéma s’est bien sûr beaucoup nourri des thématiques de L’Équipée Sauvage. Un certain Dennis Hopper notamment qui, quelques années plus tard, en pleine période hippie, offre un relecture de cette ode à la liberté avec Easy Rider. Les deux films sont intimement liés, bien qu’ils prennent pied dans deux époques radicalement différentes d’un point de vue culturel.
Enfin, on peut aussi dire que L’Équipée Sauvage a marqué l’Amérique -dans un premier temps-, puis le monde. Socialement parlant. Il donne une image des motards qui légitimise la démarche de groupes marginaux comme les Hells Angels qui ont toujours revendiqué l’influence du Black Rebel Motorcycle Club du long-métrage. Considéré par le plus grand nombre comme un petit groupe isolé de hors-la-loi bourrins et cradingues, les Hells Angels trouvent en Brando un héros et du même coup un prestige non négligeable. Grâce à Brando, l’image du motard évolue et se pare d’un sentiment accru de liberté et de prestige.
De plus, le dénouement du long-métrage, qui ne lâche rien, garde le cap de son cahier des charges. Loin de se plier à la morale, L’Équipée Sauvage sonne comme un authentique pamphlet en faveur des rebelles de tout poil.
Alors bien sûr, aujourd’hui, en 2012, le côté subversif du film ne risque pas de sauter aux yeux. Du moins pas tout de suite. Censuré et vivement montré du doigt à sa sortie, L’Équipée Sauvage a pris de la bouteille, c’est certain. Pourtant, il n’a rien perdu de sa puissance quand on prend la peine de le replacer dans son contexte. Et puis même, sans parler de l’Amérique puritaine de l’après-guerre choquée devant ses bad boys assoiffés, L’Équipée Sauvage brille par son intemporalité. La mise en forme a vieilli, mais pas la moelle profonde de l’œuvre. Et si les membres de l’équipée n’écoutent pas du rock, le long-métrage dégage indéniablement un puissant parfum rock. En bref, L’Equipée Sauvage, c’est du rock avant le rock.

Important et crucial, L’Équipée Sauvage tient tout autant du phénomène culturel que du manisfeste social. Il égraine une violence sous-jacente et repose sur une tension insidieuse, qui l’air de rien prend aux tripes. Reposant sur une mise en scène plutôt racée, le long-métrage monte dans les tours et dresse le portrait d’une Amérique en pleine mutation. Un pays de desperados et de francs-tireurs. Des hommes qui évoluent hors du cadre et qui (battirent) et bâtissent la légende de leur pays.
Comment rester indifférent ? Pas étonnant que L’Équipée Sauvage soit certainement l’une des plus grandes sources d’inspiration -tous médias confondus- des années 50. Déterminant.

@ Gilles Rolland

Crédits photos : Columbia Pictures

Par Gilles Rolland le 31 juillet 2012

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments