[Critique] STARGATE, LA PORTE DES ÉTOILES

STARVIDEOCLUB | 10 février 2018 | Aucun commentaire
Stargate-poster

Titre original : Stargate

Rating: ★★★★☆
Origine : France/États-Unis
Réalisateur : Roland Emmerich
Distribution : Kurt Russell, James Spader, Viveca Lindfors, Jaye Davidson, Alexis Cruz, Mili Avital, Leon Rippy, John Diehl…
Genre : Science-Fiction/Action/Aventure
Date de sortie : 1er février 1995

Le Pitch :
En 1928, un anneau de pierre et d’acier est découvert en Égypte. En 1994, un jeune égyptologue trouve le moyen de le faire fonctionner et actionne un étrange passage. Accompagné par un groupe de militaires, il le traverse et se retrouve sur une planète de prime abord accueillante…

La Critique de Stargate, La Porte des Étoiles :

Spécialiste des blockbusters explosifs aux scénarios souvent limités, Roland Emmerich propose avec Stargate, ce qui est très certainement son meilleur film. Un savant mélange d’action, de science-fiction, d’aventure, mais aussi d’émotions diverses et variées.

Une imagination débordante

Depuis toujours, l’Homme rêve de voir plus grand, la Terre ne lui suffit pas ou plus. « L’Homme est né sur Terre, rien ne l’oblige à y mourir » titrait habillement l’affiche du plus récent Interstellar et c’est en quelque sorte un adage qui a mené l’Humanité vers la conquête spatiale. Depuis très longtemps, nous assistons sur nos écrans à des guerres, des explorations et des voyages à bord de vaisseaux toujours plus impressionnants. Cela dit, avec Stargate, Roland Emmerich a fait preuve d’une très grande imagination en apportant une innovation plutôt singulière : les personnages voyagent en traversant une Porte des étoiles. Il faut toutefois admettre que le réalisateur allemand n’est pas le premier à avoir envisagé le voyage intergalactique sous cet angle. En effet cela avait déjà été traité par Joe Haldeman en 1974 dans son roman La Guerre Éternelle.

Une invitation au voyage

Stargate est cependant la première œuvre dont l’histoire dépend intégralement de cette idée de porte. Ce qui constitue la grande force du film de Roland Emmerich à tel point qu’il en découlera une véritable mythologie télévisuelle avec trois séries et des téléfilms.
L’autre point fort de cette histoire c’est que Emmerich a su créer un univers atypique sans toutefois partir dans des délires futuristes façon Star Wars ou Star Trek. Au contraire, il prend même le pari de situer l’action sur une planète ressemblant à l’Égypte ancienne et d’y placer comme axe principal la lutte contre l’esclavage.

Un voyage qui n’est pas de tout repos

Si le scénario de Roland Emmerich et Dean Devlin s’appuie grandement sur cette rébellion d’esclaves face au faux Dieu Râ, il n’a nullement la prétention d’apporter une quelconque réflexion. Il s’agit avant tout d’un film de divertissement et en cela il est efficace. En effet on ne s’ennuie pas ; le rythme est plutôt fluide grâce notamment à des personnages qui semblent écrit pour leurs acteurs. O’Neil et Jackson, respectivement interprété par le charismatique Kurt Russell et l’excellent James Spader mènent le film de bout en bout alternant humour et scènes d’action.
Mais le casting, aussi soigné soit-il ne pouvait pas suffire. Il fallait à Stargate une bande-son et des effets spéciaux dignes d’une telle aventure et le moins que l’on puisse dire, c’est que David Arnold a rempli sa mission en proposant un thème spectaculaire, donnant toute son identité au long-métrage. Coté effets spéciaux, ce sont les débutants Len Wiseman et Patrick Tatopoulos qui s’en sont chargés. Le duo qui a effectué un très bon travail, avec notamment, l’ouverture de la porte en début de film qui est superbe, mais aussi du médiocre, avec ce dénouement nettement moins réussi à cause notamment des moyens techniques limités…

En Bref…
Stargate est une formidable aventure qui aurait sans doute méritée un meilleur traitement en matière d’effets-spéciaux. Il aurait été également été appréciable que l’aventure se poursuive au cinéma et non pas à la télévision tant la qualité de certains épisodes peut paraître très faible. Mais ceci est une autre histoire…

@ Kevin Lefebvre

Stargate-Kurt-Russell

Par Kevin Lefebvre le 10 février 2018

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments