[Critique] D’ORIGINE INCONNUE : TERREUR A DOMICILE

STARVIDEOCLUB | 3 février 2012 | Aucun commentaire

Titre original : Of Unknown Origin

Rating: ★★★★☆
Origine : Canada/États-Unis
Réalisateur : George Pan Cosmatos
Distribution : Peter Weller, Jennifer Dale, Lawrence Dane, Shannon Tweed, Louis Del Grande, Kenneth Welsh…
Genre : Horreur/Action/Survival
Date de sortie : 1983

Le Pitch :
Propriétaire d’une somptueuse demeure, mari d’une femme qui l’est tout autant et père comblé, Bart vit un rêve. Un rêve qui se transforme en cauchemar lorsque un rat décide de venir perturber cette existence paisible. Un animal redoutable et tenace qui pousse l’homme dans ses derniers retranchements. Au point de lui faire perdre la raison…

La Critique :
Terreur à domicile est de ces films qu’il est bon de visionner dans le calme, toutes lumières éteintes. Il fait partie de ces long-métrages qui, une fois terminés, nous font regarder sous le lit ou dans l’armoire. Terreur à domicile est ainsi un bon film d’horreur. Car s’il nous incite à regarder si rien ne se cache derrière le chauffe-eau, ce n’est pas pour y chercher un éventuel spectre ou un quelconque croque-mitaine, mais plutôt pour y débusquer un bon vieux rat d’égout. Pas une innocente souris toute juste capable de ronger les fils de votre lampe de chevet, non. Un gros rat bien gras, aux dents aussi dégueulasses qu’acérées. Prêt à bouffer les fondations de votre baraque et à vous refiler au passage une vieille saloperie comme la peste noire.
Voici précisément le problème de Bart, le héros du film. Ce dernier est la victime des attaques sournoises d’un rongeur pour le moins malin. Tout d’abord discret, l’animal passe à la vitesse supérieure quand le propriétaire des lieux tue ses petits. La femelle enragée n’a alors qu’un seul but : massacrer celui qu’elle considère comme un intrus.

Terreur à domicile s’inscrit dans la droite lignée des Moby Dick, Dents de la mer et autres Orca. Un homme y est opposé à un animal. L’homme traque la bête et inversement et le tout tourne vite à l’obsession. Le personnage de Bart, interprété avec intensité et fougue par Peter Weller (qui se glissera quelques années plus tard dans l’armure de Robocop) se lance dans une lutte où le prix à payer est la folie. On assiste à une montée en puissance des assauts répétés et violents du rat, qui redouble d’ingéniosité pour pourrir la vie de son hôte infortuné, qui, de son côté, se laisse gagner par une psychose aux effets dévastateurs.

Ceux qui ont vu Tombstone, Cobra et surtout Rambo 2 savent que George Pan Cosmatos n’est pas ce que l’on peut appeler l’incarnation parfaite de la finesse. Son style est plutôt brut de décoffrage. Que ce soit avec Rambo, au milieu de la jungle, avec Cobra dans les rues malfamées ou avec Peter Weller dans une maison, qui, très vite, se transforme en zone de guerre.
Du coup, si Terreur à domicile est bel et bien un film d’horreur, il peut tout aussi bien être considéré comme un film d’action. Les affrontements sont baroques et prônent une destruction massive riche en dégâts collatéraux. Le héros est badass à souhait et laisse vite sortir son double bourrin. Sous le costard se cache un guerrier prêt à tout pour exterminer son ennemi. Un soldat certes effrayé (il faut dire que le rat est particulièrement énorme) mais bel et bien déterminé à en finir par tous les moyens.
Cosmatos ne fait pas dans la dentelle et c’est bien. Grâce à cet esprit guerrier, son film se détache. Par son rythme et par son ton. Et si l’on pense à Razorback à plusieurs reprises, c’est qu’avec Terreur à Domicile Cosmatos a fait du bon boulot !

Nota Bene : on peut voir dans le film Shannon Tweed, l’actuelle femme de Gene Simmons, le bassiste/chanteur du groupe Kiss.

Merci à Bruno Matéï (http://brunomatei.blogspot.com/) de m’avoir aiguillé vers le film.

 

Crédits photos : Warner Bros

Par Gilles Rolland le 3 février 2012

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments