[Critique] TERRIENS

STARVIDEOCLUB | 20 octobre 2013 | Aucun commentaire
earthlings-affiche

Titre original : Earthlings

Rating: ★★★★★
Origine : États-Unis
Réalisateur : Shaun Monson
Distribution (narration) : Joaquin Phoenix
Genre : Documentaire
Date de sortie : 24 septembre 2005

Le Pitch :
Le traitement et la condition des animaux dans tous les domaines et sur de longues années, à travers des images majoritairement issues de caméras cachées…

La Critique :
Dès lorsque l’on aborde la question de la condition animale, un film en particulier semble s’imposer pour nous permettre de l’aborder dans son ensemble. Il s’agit de Earthlings, sorti en 2005 et réalisé par Shaun Monson.

Le film démarre sur des images très difficiles et donne le ton dès le départ. L’exploitation animale sera traitée sous toutes ses formes à travers le monde. Cette exploration douloureuse est guidée par la voix d’un seul narrateur, qui n’est autre que Joaquin Phoenix. Un acteur fameux qui s’est déjà illustré par ses impressionnantes performances. En particulier et à titre personnel, dans le long métrage de Terry George : Reservation Road. Parenthèse sur l’acteur mise à part, ce que l’on connait moins c’est l’homme engagé qu’il est pour la cause animale, et ce depuis de nombreuses années. Il est d’ailleurs l’un des porte-parole de l’organisation Peta.

Pour en revenir au documentaire, les premières images sont introduites sur une tonalité sourde et absolument viscérale. La bande son qui est signée Moby est en osmose totale avec l’ambiance qui émane du film, divisé en cinq parties qui passent au crible le statut général des animaux pour la consommation humaine. Que ce soit le domaine de la nourriture, celui de l’habillement ou encore celui des jeux (cirques, etc) et de la science, tout y passe. Chaque partie est parfaitement ciselée, bien construite afin de présenter et de détailler le sujet. Le film lui, s’étalonne sur une durée d’à peu près une heure et demi et c’est amplement suffisant pour comprendre l’ampleur du sujet. C’est aussi suffisant pour remuer intensément le spectateur, qui est ensuite libre de continuer sa propre investigation. Le film de Shaun Monson est poignant, mais il est avant tout là pour montrer des faits dans leur criante vérité, et pour établir un propos vérifiable qui pousse à la réflexion. Par delà les images souvent insoutenables, Earthlings qui signifie Terriens en français, pose la question fondamentale du spécisme. Très brièvement le spécisme c’est une discrimination basée sur l’espèce. C’est accorder beaucoup moins d’importance aux intérêts des animaux qu’à ceux des humains. Mais laissons de côté les définitions pures, afin que chacun fasse ses propres recherches et analyses personnelles s’il le désire.

Même si la majorité du film est réalisé avec des images réelles issues de caméras cachées, qui induisent forcément une réalité brute, il n’est pas non plus dénué d’une certaine touche artistique.
ll est vrai qu’il n’y a pas de place pour la sophistication, les séquences douloureuses sont la norme et il n’y a pas non plus d’aspect ludique. Tout est brut de décoffrage. Malgré cette dureté et cette réalité âpre, le tout est concis et très bien mis en scène. Tout est orchestré parfaitement, de manière limpide pour manifester un propos non négligeable, et ainsi interpeller un spectateur abasourdi. Le fait que le documentaire soit coupé en cinq parties traitant chacune d’un sujet précis renforce ce sentiment d’analyse ciselée, fouillée, explorant tous les terrains. La question est ainsi décortiquée de A à Z. On est interpellé intelligemment et on apprend beaucoup de choses en peu de temps.

De nombreuses voix se lèvent depuis des années pour parler de la question animale, afin de faire la lumière sur un état de faits, et de dénoncer certaines pratiques. À l’heure où on abat environ 60 milliards d’animaux terrestres par an (sans compter les animaux marins), et de plus dans des conditions insalubres et dégradantes la majeure partie du temps, il est bon de se pencher de plus près sur la question.

Earthlings qui est sorti en 2005 est considéré comme l’un des meilleurs documentaires sur la question, et bénéficie aujourd’hui d’une bonne visibilité et d’une excellente considération. Il n’a pas échappé à certaines critiques, cependant il est toujours bon de se faire son avis soi même. Rappelons tout de même que Earthlings a nécessité de nombreuses années de travail, d’investigation et de prises de risques. Depuis, d’autres films et documentaires mais aussi de bouquins sur la question ont vu le jour.

Le but principal du film est de prendre la pleine mesure des activités humaines quelles qu’elles soient, sur les animaux. Les images sont atroces mais percutantes, douloureuses mais nécessaires. Earthlings est un voyage véritablement éprouvant qui mérite d’être vu, et qui prend fin sur une touche d’espoir, parsemée de belles images d’une nature riche et éclatante. Le tout sur une musique qui contribue à un certain lyrisme, nous nouant les tripes et la gorge. Dans tous les cas, on en ressort pas indemne. Earthlings est un pamphlet qui condamne la conduite humaine face aux animaux, mais qui pousse principalement à la réflexion par le biais d’images tout simplement… réelles.

@ Audrey Cartier

Earthlings2

Par Audrey Cartier le 20 octobre 2013

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments