[Critique] TWILIGHT – CHAPITRE 3 : HÉSITATION

STARVIDEOCLUB | 18 novembre 2012 | Aucun commentaire

Titre original : The Twilight Saga : Eclipse

Rating: ★☆☆☆☆
Origine : États-Unis
Réalisateur : David Slade
Distribution : Kristin Stewart, Robert Pattinson, Taylor Lautner, Billy Burke, Bryce Dallas Howard, Dakota Fanning…
Genre : Romance/Vampire/Fantastique/Saga/Suite/Adaptation
Date de sortie : 7 juillet 2010

Le Pitch :
Bella et Edward en sont à leur dernière année de lycée. Suite à la demande de mariage d’Edward (qui n’acceptera de la changer en vampire qu’après que leur union soit prononcée), Bella est quelque-peu chamboulée, et le fait que son ami Jacob Black ne veille pas lâcher l’affaire n’arrange pas les choses. Fou amoureux, celui-ci refuse de la laisser à Edward, désormais son rival. Pendant ce temps, une série de meurtres bizarres touche la ville de Seattle et les alentours. Victoria, toujours assoiffée de vengeance après la mort de son amant James, lève une armée de vampires « nouveau nés » pour s’abattre sur les Cullen. Ennemis ou pas, vampires et loups-garous devront s’unir pour faire face à ce drame. De son côté, Bella devra choisir: Edward ou Jacob ?

La Critique :
Alors voilà : il y a une vampire. Elle en veut à un autre vampire parce qu’il a tué son compagnon. Pour se venger, elle a rassemblé toute une armée d’esclaves vampires meurtriers et les envoie faire la guerre à l’autre vampire. Heureusement, la petite amie du gentil vampire a un autre copain, et il se trouve que ce copain est un loup-garou. Alors lui et tous ses potes (qui forment tous un clan de loups-garous) font équipe avec les gentils vampires pour combattre les méchants vampires. C’est la guerre, monstres contre monstres.

Alors. Pourquoi. Est-ce que. C’est. Nul ?

Et bien, parce qu’on ne parle pas d’un film comme Blade II. On parle de Twilight, où les vampires sont des émokids chialeurs, les loups-garous sont des gros imbéciles musclés, l’histoire d’amour n’est pas du tout crédible, la psyché émotionnelle est à mi-chemin entre des paroles de Taylor Swift et La Cloche de détresse, les monstres ne font jamais peur, et la loi officielle interdit qu’il se passe quelque chose d’intéressant. Après tout, s’il se passait quelque chose de légèrement intéressant, ça pourrait faire obstacle à la mission super-importante de la saga : apprendre à toute une génération de jeunes filles que l’émancipation et l’indépendance les rendra malheureuses et déprimées, et que leur seul salut se trouve dans la soumission co-dépendante aux hommes émotionnellement dominateurs, dans le contexte du « mariage traditionnel ».

Concernant l’intrigue, ce troisième chapitre de Twilight, Hésitation, accomplit l’exploit impressionnant d’être complètement inutile, même comparé aux épisodes précédents. À part l’attaque imminente d’une armée de vampires, le récit tourne encore autour de ce fameux triangle amoureux entre Edward, Bella et Jacob.

Sauf que ce dilemme a déjà été résolu la dernière fois, vous vous en souvenez (ou pas, peut-être)? L’histoire est déjà finie ! Bella a choisi Edward, il l’a demandé en mariage, basta. The End. Mais non, apparemment, puisque la seule vitalité dans cette série morte-vivante, c’est lorsqu’elle alimente le fantasme des adolescentes d’être l’objet de dispute entre deux beaux gosses surnaturels, donc on nous ressert la même salade une nouvelle fois. Et à ce stade, ce n’est même pas marrant de voir à quel point le duo Pattinson/Stewart déteste clairement apparaître dans ces films. Presque autant que la série elle-même, dont le visionnage est une expérience odieuse.

Donc, pour résumer, c’est Tentation – Edition Spéciale : deux heures de Taylor Lautner qui traîne la patte et n’a toujours pas pigé le message, interrompues brièvement par une excuse misérable pour une bataille entre monstres. Parlons-en, de cette « guerre ». Ou plutôt, n’en parlons pas, puisqu’il n’y a absolument rien à dire dessus. L’acte final ne ressemble pas à une bataille, ça ressemble à une bande de babas cool qui foutent le bazar dans un parc pour chiens. Autant rajouter un frisbee au milieu de ce bordel et le tour est joué.

Dans tous les cas, on peut quand même prendre note de la polémique qui risque de diviser les fans : après toute une affaire assez inquiétante dans les coulisses, les producteurs ont remplacé Rachelle Lefevre (qui avait joué la méchante Victoria dans les deux premiers films) par Bryce Dallas Howard. C’est bien dommage pour Lefevre, après tout ce qu’elle a apporté à la série, mais c’est également dommage pour Howard, qui est trop douée pour venir gaspiller ses talents d’actrice chez la casa Twilight. De toute façon, même si ça ne se voit pas, ça n’a aucune importance, puisque Victoria est à peine présente dans le long-métrage : elle passe environ dix minutes à l’écran, maximum. Et puisque qu’on parle de gens doués qui perdent leur temps, ce troisième volet est signé David Slade, l’auteur de l’excellent Hard Candy et l’honorable 30 Jours de Nuit. C’est un cinéaste qui a un talent naturel pour l’horreur, avec un bon flair pour poser une ambiance et filmer les scènes d’action. Et même lui ne trouve rien à sauver dans les sermons d’abstinence à la guimauve de Stephenie Meyer.

C’est facile de cracher sur Twilight pour son histoire épouvantable, son scénario affreux, ses personnages en carton ou encore les jeux d’acteurs atroces, mais tout ceci reste superficiel. Si on parlait tout simplement d’un équivalent moderne aux récits en pacotille de V.C. Andrews, il serait carrément tentant de dire que la haine envers Twilight est allée trop loin et n’en vaut pas la peine. Mais je ne peux nier le fait qu’il y a quelque chose de vraiment répugnant et d’inquiétant sur l’ensemble de la saga.

Attaquer les films pour leur message n’est pas une activité à encourager. Après tout, on devrait pouvoir faire un film avec le message de notre choix, et on est sur une pente savonneuse si on commence à se plaindre que Call of Duty transformera les enfants en tueurs fous, ou que les poupées Barbie sont un mauvais modèle pour les petites filles. Mais ce que mijote Twilight s’avère plus inquiétant, que ce soit dans les livres ou à l’écran. Les trois messages avec lesquels la saga bassine ses fans sont essentiellement les suivants:

1- Si on veut se marier, il faut le faire très tôt.
2- Harcèlement = amour.
3- L’aspect le plus important d’une personne, c’est sa virginité.

Et en cela, j’avais tort. Twilight, ou du moins le phénomène qui l’entoure, fait peur. Très, très peur.

@ Daniel Rawnsley

Crédits photos : SND Diffusion

Par Daniel Rawnsley le 18 novembre 2012

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments