[Critique] ARMY OF THE DEAD

CRITIQUES | 21 mai 2021 | Aucun commentaire
army-of-the-dead-poster

Titre original : Army Of The Dead

[rating : 3/5]

Origine : États-Unis

Réalisateur : Zack Snyder

Distribution : Dave Bautista, Ella Purnell, Ana de la Reguera, Garret Dillahunt, Raul Castillo, Omari Hardwick, Nora Arnezeder, Theo Rossi, Hiroyuki Sanada…

Genre : Horreur/Action

Durée : 2h28

Date de sortie : 21 mai 2021 (Netflix)

Le Pitch :

Un incident survenu aux abords de la Zone 51 provoque la propagation d’un virus zombie à Las Vegas. Rapidement submergées, les autorités décident de confiner les morts-vivants à l’intérieur de la ville. Plusieurs mois plus tard, un commando est dépêché sur place afin de récupérer 200 millions de dollars dans le coffre d’un casino…

La Critique de Army of the Dead :

Retour en 2004. Zack Snyder, petit nouveau plein d’ambition, décide de faire son entrée dans la cour des grands en s’attaquant au remake du Zombie de George A. Romero, soit l’un des plus grands films (sinon le plus grand) de morts-vivants du septième-art. Le résultat a de quoi séduire. À la fois suffisamment éloigné de son modèle et plein de déférence, nerveux et gore, le film fait un carton et se paye également le luxe de surprendre avec des zombies capables de piquer un sprint.

Puis Snyder s’est envolé dans les hautes sphères hollywoodiennes, devenant un réalisateur très demandé qui a depuis fait chauffer le chaud et le froid, imposant un style plus clivant mais assurément reconnaissable. Snyder qui, après sa douloureuse expérience avec la Warner (qui a tout de même décidé de sortir sa version ultra longue de Justice League), revient à ses premières amours « zombiesques », avec un long-métrage qui, bien que prévu initialement pour les cinémas, a fini par atterrir sur Netflix… Un film assurément attendu au tournant dans lequel le cinéaste s’est jeté à corps perdu…

Army-of-the-Dead-cast

Film douloureux

On le sait, Zack Snyder dût se résoudre à quitter le tournage de Justice League à la suite de la disparition tragique de sa fille. Remplacé par Joss Whedon, il décida de néanmoins de répondre à la demande des fans pour livrer sa propre version mais tourna également ce qui au début devait s’imposer comme une suite à son Dawn of the Dead (L’Armée des Morts en version française). Un projet très personnel dans lequel Snyder a mis toute sa douleur, projetant ses sentiments meurtris dans le scénario et tout particulièrement dans la relation conflictuelle que le personnage campé par Dave Bautista entretient avec sa fille.

En cela, Army of the Dead est plus qu’à son tour marqué par le deuil et la tristesse de son géniteur. Une espèce de film thérapie qui, sous couvert des codes propres à un style bien identifié, tente de faire passer autre chose que de l’action et du gore. C’est d’ailleurs peut-être sa principale qualité. Oui, au fond, Army of the Dead ne manque pas de cœur. Néanmoins, pour le voir, il ne faut pas s’intéresser aux autres protagonistes. Ces derniers ayant bien du mal à s’imposer dans une histoire finalement assez simpliste, en forme de remake horrifique et clinquant de L’Inconnu de Las Vegas (déjà « refait » par Steven Soderbergh avec Ocean’s Eleven). Las Vegas devenant ici une nouvelle fois le théâtre d’un audacieux casse… avec des zombies.

Viva Las Vegas !

Décidément incorrigible, Zack Snyder a ainsi décidé d’étirer cette histoire de casse sur plus de 2 heures, nous offrant un film bien trop long pour son propre bien, certes ambitieux mais aussi très maladroit. Et ce sur tous les plans. Commençons par l’histoire… Il paraît que sur le tournage, Snyder a décidé de proscrire les chaises. Pourquoi ? Car une personne assise ne bosse pas. Selon lui en tout cas. Notez bien que malgré la présence d’une quantité de chaises non négligeable sur leurs différentes plateaux, des mecs comme Steven Spielberg et Stanley Kubrick ont quand même réussi à pondre des chefs-d’œuvre à la chaîne. Snyder aurait donc dû davantage se concentrer sur l’écriture de son script et laisser les membres de son équipe poser leur séant de temps à autre.

Car le scénario de Army of the Dead pose plusieurs problèmes : d’une part il traîne trop en longueur et de l’autre il prétend réinventer l’eau tiède. Et non, ici, rien de vraiment nouveau. Là où L’Armée des Morts arrivait à surprendre grâce à sa redoutable introduction et à ses zombies véloces, Army of the Dead (oui, les personnes chargées d’adapter le film en français durent se prendre la tête) n’apporte rien de frais si ce n’est cette histoire de zombies divisés en castes : d’un côté ceux qui sont balèzes, qui pensent et qui vont vite et de l’autre ceux qui n’ont rien dans le crane et qui se traînent lamentablement.

Du côté des personnages, ce n’est guère mieux : de vrais clichés sur pattes. Mais en soit, ce n’est pas vraiment gênant. Ce qui l’est plus, c’est le jeu un peu limite de certains membres du casting. D’une des membres du casting pour être plus précis. En l’occurrence Nora Arnezeder. C’est triste à dire mais sa performance est complètement aux fraises. Et vu qu’on l’a voit quand même pas mal…

Les morts-vivants du désert

Parsemé de vannes pas toujours très drôles, très basique dans son déroulé, certes sauvé par l’émotion qui se dégage de certaines scènes avec Dave Bautista, Army of the Dead fait-il mieux du côté du pur spectacle ? Oui et non. En gros, tout ce que le précédent zombie movie de Snyder réussissait avec classe et modestie, Army of the Dead a beaucoup plus de mal à le digérer. Plongé dans un Las Vegas très factice, au sein d’un décorum certes assez photogénique mais plutôt limité, bénéficiant d’une photographie plutôt décevante, le film compense avec la belle énergie qu’il parvient à déployer durant les affrontements ainsi qu’avec sa propension à ne pas s’économiser du côté du gore.

Plutôt sage, Snyder évite la plupart du temps d’en faire des caisses et livre des bastons assez lisibles (certaines sont vraiment excellentes), avant de retomber dans ses vieux travers. Forcément moins flippant et plus « pop » que Dawn of the Dead, Army of the Dead est aussi bien trop criard sur plein de plans pour tout à fait convaincre. Un peu à l’image de son hideuse affiche d’ailleurs. Et on ne parle pas des raccourcis hasardeux que prend le scénario, des pistes à peine effleurées, des séquences complètement aux fraises…

Un film d’horreur à l’image de son auteur, qui a bien du mal à se focaliser sur l’essentiel pour sans cesse tenter des choses qu’il ne réussit pas toujours. Une sorte de remise à jour ultra bourrine du Territoire des Morts de Romero, qui, même s’il était déjà moins fin que les premiers essais du maître, faisait toujours preuve d’un peu plus de subtilité que cette charge certes sauvage mais bien trop bancale pour totalement tenir ses promesses.

En Bref…

Bourrin, surtout convainquant quand il se jette à corps perdu dans le gore et l’action et oublie ses tics de mises en scène et d’écriture, Zack Snyder ne parvient pas ici à s’imposer avec la même fougue qu’au début des années 2000 avec L’Armée des Morts. Pour autant, et malgré sa longueur bien trop excessive (le film aurait été bien plus percutant avec ¾ d’heure en moins), Army of the Dead reste divertissant, parfois carrément brutal et assurément sincère, jusque dans ses travers les plus gênants. Un peu le cul entre deux chaises, tiraillé entre sa volonté de rester fidèle aux codes old school et son désir d’imposer des idées plus modernes souvent à la ramasse, Zack Snyder ne réussit que partiellement à convaincre mais avance quoi qu’il en soit, la tête haute, à coup de bastons qui à défaut d’être mémorables, assurent le show. Et le show à Las Vegas, c’est quand même le principal !

@ Gilles Rolland

army-of-the-dead-omari-hardwick
Crédits photos : Netflix
Par Gilles Rolland le 21 mai 2021

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments