[Critique] BRIDGET JONES BABY

CRITIQUES | 7 octobre 2016 | Aucun commentaire
bridget-jones-baby-poster

Titre original : Bridget Jones’s Baby

Rating: ★★★½☆
Origines : Grande-Bretagne/Irlande/France/États-Unis
Réalisatrice : Sharon Maguire
Distribution : Renée Zellweger, Colin Firth, Patrick Dempsey, Jim Broadbent, Gemma Jones, Emma Thompson, Sarah Solemani, James Callis…
Genre : Comédie/Romance/Suite/Adaptation
Date de sortie : 5 octobre 2016

Le Pitch :
Séparée de Marc Darcy, Bridget Jones est à nouveau célibataire. À plus de 40 ans, elle est certes épanouei dans son travail mais peine à trouver l’âme sœur. Un jour pourtant, Bridget apprend à sa grande surprise qu’elle est enceinte ! Reste à savoir qui est le père de l’enfant. Est-ce ce bel inconnu rencontré lors d’une soirée d’ivresse pendant un festival, ou Marc Darcy, avec qui elle a renoué le temps d’une nuit ? La jeune femme a 9 mois pour trouver la réponse…

La Critique :
La grande question de ce troisième volet, toujours adapté des écrits d’Helen Fielding était : Bridget Jones peut-elle survivre à Hugh Grant, dont le personnage ne fait plus partie de l’équation amoureuse ? La réponse est, à notre grande surprise car nous avions de sérieux doutes : oui !

bridget-jones-baby-cast

Il y a d’abord cette scène durant laquelle nous est justement expliquée l’absence de Grant, propice à des gags très efficaces et la façon dont l’histoire de la célèbre « célibatante » rebondit pour partir dans une autre direction. Enfin, il faut le dire vite, car à bien y regarder Bridget Jones 3 adopte le même format que les deux précédents films. Il est toujours question des déboires de Bridget et de son incapacité à choisir entre deux hommes. Et vu que le Daniel Cleaver s’est fait la malle, c’est un beau-gosse un peu sur le retour joué par Patrick « Grey’s Anatomy » Dempsey qui prend le relais. Un acteur bien évidemment beaucoup plus lisse, dont la présence pouvait laisser craindre un ramollissement de cet état d’esprit typiquement british indispensable à la saga. En fait, Dempsey se coule dans le moule assez rapidement, entraîné par les vétérans de la franchise, et finit par se faire accepter. Sans faire trop d’étincelles, faut pas abuser non plus, mais avec suffisamment d’éclat pour nous faire oublier le temps du film la gouaille insolente de Grant.

À nouveau dirigé par Sharon Maguire, qui était en poste sur le premier (et meilleur) volet, le long-métrage retrouve dès son introduction l’ambiance si particulière des romans. On renoue avec les personnages avec bonheur, Bridget et Marc Darcy en tête. La première peut à nouveau compter sur une Renée Zellweger sauvée des eaux, après une période d’inactivité de quelques années. Tordant le cou aux critiques cyniques quant à sa potentielle « nouvelle tête » due selon certains à des interventions de chirurgie esthétique, elle apparaît lumineuse comme avant et n’a aucun mal à imposer une nouvelle fois son personnage. Bridget n’a pas bougé d’un poil, ou presque. Elle est toujours aussi gaffeuse, maladroite et attachante. Tout ça grâce à Renée Zellweger et à sa propension à saisir au vol toutes les perches que lui tend un scénario certes calé sur une structure attendue, mais surtout caractérisée par de multiples répliques très drôles et des situations savoureuses parfaitement cadencées. Un script par ailleurs co-écrit par Emma Thompson, dont le rôle à l’écran s’avère lui aussi savoureux au possible.
Du côté des hommes en lice pour devenir le père de l’enfant qu’attend Miss Jones, c’est bien sûr Colin Firth qui remporte la palme. Dempsey fait le job mais il n’est là que pour justifier une dynamique bien précise. Firth lui, continue d’explorer un personnage toujours très attachant dans ses contradictions, prouvant au passage à ceux qui l’avaient oublié qu’il peut tout jouer avec la même classe et la même prestance. Le fait que l’on retrouve tous les seconds rôles, des parents de Bridget à ses amis, ajoute aussi à la joie que dispense le film 2 heures durant. Les nouveaux quant à eux, sont impeccables, car chacun garant d’une rythmique bien huilée, répondant aux codes et gimmicks du cinéma romantico-comique anglais, comme les années 90 savaient s’y bien engendrer. On n’est pas encore tout à fait dans la même veine, si brillante, du premier volet, écrit on le rappelle par le génial Richard Curtis (Love Actually), mais force est de reconnaître que le spectacle a plus de tenu, plus d’énergie et de cohérence que celui que nous avait présenté le maladroit épisode 2.
Il est de plus appréciable de constater que si il nous sort la carte de la nostalgie, ce troisième volet ne s’y repose pas non plus totalement. Il préfère miser sur de drôles de malentendus, et en profite tant qu’à faire pour esquiver l’océan de guimauve, sauvant l’intégrité d’une héroïne qui s’est toujours envisagée comme une alternative à la mièvrerie des comédies romantiques conventionnelles.

En Bref…
Bridget Jones Baby est une belle surprise (et tant pis pour le “‘s” manquant dans le titre français qui du coup ne veut plus rien dire). Enlevé, très drôle, dynamique et plus inventif que son scénario ne peut le laisser croire, il renoue avec la verve d’un cinéma anglais fédérateur et légèrement insolent. Le genre qui colle un joli sourire sur le visage.

@ Gilles Rolland

Bridget-Jones-Baby-Zellweger-Firth  Crédits photos : StudioCanal

Par Gilles Rolland le 7 octobre 2016

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments