[Critique] DANS LE NOIR

CRITIQUES | 24 août 2016 | Aucun commentaire
Dans-le-noir-poster

Titre original : Lights Out

Rating: ★★★☆☆
Origine : Grande-Bretagne
Réalisateur : David F. Sandberg
Distribution : Teresa Palmer, Maria Bello, Alexander DiPersia, Gabriel Bateman, Alicia Vela-Bailey, Billy Burke…
Genre : Épouvante/Horreur
Date de sortie : 24 août 2016

Le Pitch :
Rebecca voit son quotidien bouleversé quand l’école de son petit frère l’informe que celui-ci a récemment adopté un comportement inquiétant. Perturbé, il dévoile alors à sa sœur que leur mère, avec laquelle Rebecca est brouillée, a arrêté de prendre son traitement contre la dépression et recommence à parler à une certaine Diana. Une créature qui ne vivrait que dans l’obscurité et qui ne serait pas animée des meilleures intentions. Diana, que Rebecca a déjà rencontré par le passé et dont l’existence ne fait donc pas l’ombre d’un doute…

La Critique :
David F. Sandberg est la preuve vivante qu’aujourd’hui encore, peut-être plus que jamais grâce à internet, le court-métrage peut s’avérer être un excellent tremplin pour la cour des grands. Réalisateur d’une dizaine de petits films d’épouvante depuis 2013, Sandberg a fini par attirer l’attention des studios pour se retrouver au final aux commandes de l’adaptation de l’un de ses faits de gloire, le glaçant Lights Out. Un court-métrage incroyablement populaire qui n’a cessé, depuis sa mise à l’eau en 2014, de faire le tour du web, en étant relayé par les médias et par les internautes eux-mêmes, à la manière d’une légende urbaine réputée pour sa propension à coller une monumentale chair de poule. À l’instar d’Andrés Muschietti, qui avec son Mama, avait pénétré les défenses d’Hollywood pour en livrer la version longue avant de se voir confier l’adaptation du roman de Stephen King Ça, Sandberg déboule donc avec Dans le noir, et planche en ce moment sur la suite d’Annabelle

Dans-le-noir-Teresa-Palmer-2

Lights Out, le court-métrage, reposait une idée aussi simple que redoutable. Quand on entend provoquer la peur en quelques secondes seulement, pas le temps de s’attarder. Il faut aller directement à l’essentiel. David F. Sandberg l’a parfaitement compris. Ses films, Lights Out et les autres, reposent tous sur un concept et sur les jump scares qui vont avec. Le tout était donc de savoir si Dans le noir, la version longue de Lights Out, allait tenir sur la distance. Il fallait bien entendu pour cela enjoliver le fameux concept. Ne pas s’en tenir à une succession de séquences effrayantes et immanquablement expliquer d’où venait cette créature qui évolue dans le noir et qui disparaît quand on allume la lumière. Un peu comme avec Mama mais en plus compliqué tant l’idée de Muschietti appelait un développement plus évident que celle de Dans le noir. Là, tout restait à faire, et malheureusement, comme prévu, le développement en question ne tient pas vraiment la route.

C’est après une excellente introduction qui renvoi au court-métrage et dans laquelle on retrouve Lotta Losten, déjà dans Lights Out, que l’histoire débute, et avec elle les premiers doutes quant au bien fondé de toute l’entreprise. Sandberg nous présente une famille bien dysfonctionnelle, aux prises avec une entité. Qui est-elle ? Pourquoi n’apparaît-elle que dans le noir ? On nous explique tout mais pas de façon hyper convaincante. Surtout qu’en l’occurrence, du côté du casting, seule Teresa Palmer trouve la bonne tonalité et s’avère irréprochable. Les autres patinent un peu. Maria Bello tombe systématiquement dans l’excès et le gamin joue comme une aubergine. On devine alors les limites de Sandberg qui n’est manifestement pas un grand directeur d’acteurs. Pas encore tout du moins. Lui son truc, c’est de filer la frousse aux spectateurs et c’est donc avec impatience que l’on attend les interventions du fantôme allergique à la lumière. Surtout une fois qu’on a compris que l’histoire ne sera ni plus ni moins qu’une resucée de toutes ces séries B d’épouvante un peu feignantes qui débarquent tous les ans. En revanche, on peut saluer la façon dont le scénario choisit de conclure ce récit balisé et prévisible, sans se priver de sombrer dans une noirceur appréciable en cela qu’elle dénote au moins d’une volonté de ne pas édulcorer le propos.

Il devient vite évident que Dans le noir n’a pas les épaules pour s’imposer comme un classique du genre. Il n’a pas la force d’un Conjuring par exemple, pour citer une production récente, et encore moins d’un Poltergeist ou d’un The Changeling, pour ce qui est des monuments du genre. Non, lui son truc, c’est d’offrir un spectacle convenu, qui repose sur une seule idée. Une idée néanmoins bien exploitée visuellement parlant. Car quand Diana, la femme de l’ombre, déboule à l’écran, Dans le noir tient ses promesses et livre des scènes parfois plutôt impressionnantes, si tant est qu’on soit dans l’ambiance. Sandberg a affûté sa mise en scène avec ses courts-métrages et ça se voit tant il apparaît très à l’aise quand il s’agit d’entrer dans le vif du sujet. Le concept est franchement bien exploité et parfois, le réalisateur parvient même à surprendre, comme par exemple quand le fantôme se jette sur sa proie, alors que celle-ci lui tire dessus avec un flingue, faisant disparaître l’entité à chaque fois que les coups de feu éclairent brièvement la scène.
Dans le noir a de plus le bon goût de ne pas dépasser 1h30, ce qui lui permet de garder un tant soit peu l’ennui à distance.

Ce film fait donc peur. Pas de façon viscérale, mais par à-coups. Suffisamment souvent pour offrir un bon moment. Rien de révolutionnaire ici. Le film tombe dans des pièges prévisibles prouvant qu’une bonne idée, aussi incroyable soit-elle, ne suffit pas si, à côté, on a rien d’autre de bien excitant à offrir. Cela dit, ça devrait suffire pour passer un bon moment, une main dans le seau de pop corn, et pour y réfléchir à deux fois, quand il s’agit d’éteindre les lumières, avant de tout oublier le lendemain…

@ Gilles Rolland

Dans-le-noir-Teresa-Palmer Crédits photos : Warner Bros. France

Par Gilles Rolland le 24 août 2016

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments