[Critique] HAPPY BIRTHDEAD 2 YOU

CRITIQUES | 19 février 2019 | Aucun commentaire
Happy-Birthdead-2-you-poster
Rating: ★★☆☆☆

Titre original : Happy Death Day 2U

Origine : États-Unis

Réalisateur : Christopher Landon

Distribution : Jessica Rothe, Israel Broussard, Phi Vu, Suraj Sharma, Sarah Yarkin, Rachel Matthews, Steve Zissis, Ruby Modine…

Genre : Fantastique/Suite

Date de sortie : 13 février 2019

Le Pitch :

Persuadée qu’elle est enfin sortie de la boucle temporelle dans laquelle elle était bloquée, Tree pense qu’elle va pouvoir profiter de sa relation avec Carter. Malheureusement pour elle, un événement inattendu la propulse à nouveau dans la boucle…

La Critique de Happy Birthdead 2 You :

C’est reparti pour un tour ! Christopher Landon (qui pour rappel est le fils de Michael « Charles Ingalls » Landon) a décidé de céder à l’appel de Jason Blum de Blumhouse en écrivant et réalisant une suite à son Happy Birthdead, ce dernier ayant rapporté un joli paquet de dollars au box-office. Bonne ou mauvaise idée ? On rembobine Happy Birthdead 2 You :

happy-birthdead-2-you-Jessica-Rothe

Un anniversaire sans fin

Happy Birthdead 2 You commence de manière assez surprenante. Ce n’est plus Tree que l’on suit et qui est bloquée dans le temps tel Bill Murray dans Un Jour sans fin, mais un autre personnage. Le film se déroulant toujours dans la même université, le même jour. Qui est ce nouveau personnage ? Tout simplement un proche de Tree. Celle-ci ne tarde d’ailleurs pas à faire son retour, mais au début, ce n’est pas elle l’héroïne. Et puis le film rentre dans le rang, nous sort une explication hyper fumeuse (pour ne pas dire complètement foireuse) et s’apparente davantage à un remake feignant et dispensable du premier qu’à une véritable suite. On nous apprend que des étudiants peuvent fabriquer avec trois fois rien une sorte de machine capable de créer des trous de verre pour voyager entre les dimensions et le scénario n’a aucun problème à prendre tellement de raccourcis débiles que cela en devient vite parfaitement grotesque. Un exemple ? Tree meurt et revient toujours au même endroit. À chaque fois elle tente d’aider une bande de scientifiques pour arrêter la boucle temporelle et à chaque fois, ces derniers avalent sans problème son histoire, aussi improbable soit-elle. Un peu comme si un de vos amis se pointait tout paniqué un matin dans votre chambre en vous affirmant qu’il revit sans arrêt la même journée et qu’il faut, pour l’aider, mettre en péril votre avenir. Votre réaction ? Tout gober bien sûr ! Voilà…

Jessica à la rescousse

Encore une fois, c’est Jessica Rothe qui sauve la mise au film. Enfin presque, tant cette suite est vraiment en dessous du film original. Film déjà pas bien fameux… Le soucis, c’est qu’on sent que Christopher Landon (qu’on a connu plus en forme avec son Manuel de survie à l’apocalypse zombie) s’est précipité. Le postulat appelait une certaine urgence, de manière à pouvoir faire rejouer aux acteurs les scènes qu’ils avaient déjà jouées il y a presque 2 ans (rapport à la boucle dans le temps). À l’écran, les dites scènes sont d’ailleurs plutôt convaincantes sur ce point. Mais c’est bien la seule chose qui permet d’ouvrir le tiroir à compliments. Car à côté de tout cela, Happy Birthdead 2 You fonce dans le mur et se fourvoie. Il laisse l’horreur de côté mais conserve le tueur sans que ce dernier ait une quelconque raison d’être. Il est là, on ne sait plus trop pourquoi mais il est là et il fait tâche. L’émotion que le scénario veut absolument imposer n’aide pas trop non plus alors qu’on la sent sincère et les rebondissements sont tous fatigués, usés et parfois véritablement nazes. Alors oui, Jessica Rothe fait le show. Avec un peu moins de panache, car au bout d’un moment, on peut comprendre qu’elle soit elle-même fatiguée de toujours jouer la même partition, mais elle est là. Grâce à elle, Happy Birthdead 2 You ne touche pas le fond. Il n’est pas loin quand même…

En Bref…

Une suite dispensable, souvent à côté de la plaque, et poussive. Heureusement, Jessica Rothe tient la baraque mais son abattage, dans de telles circonstances, ne peut pas faire de miracles non plus.

@ Gilles Rolland

Happy-Birthdead-Jessica-Rothe-2
Crédits photos : Universal Pictures International France
Par Gilles Rolland le 19 février 2019

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments