[Critique] PROMISING YOUNG WOMAN

CRITIQUES | 28 mai 2021 | Aucun commentaire
Promising-young-woman-poster

Titre original : Promising Young Woman

Rating: ★★★★☆

Origine : États-Unis

Réalisatrice : Emerald Fennell

Distribution : Carey Mulligan, Bo Burnham, Alison Brie, Chris Lowell, Clancy Brown, Jennifer Coolidge, Laverne Cox, Adam Brody, Christopher Mintz-Plasse, Connie Britton, Molly Shannon, Alfred Molina…

Genre : Drame/Thriller

Durée : 1h53

Date de sortie : 26 mai 2021

Le Pitch :

Le jour, Cassie travaille chez un marchand de glaces. La nuit, elle écume les bars et les clubs où elle prétend être saoule afin d’attirer des prédateurs sexuels qu’elle s’empresse de châtier à sa manière. Cassie qui porte un lourd secret qui a fini par entièrement définir son existence…

La Critique de Promising Young Woman :

Connue pour avoir interprété récemment Camilla Shand dans la série The Crown, Emerald Fennell a un peu pris tout le monde à revers avec son premier film Promising Young Woman. Film qu’elle a également écrit, remportant l’Oscar du meilleur scénario original au passage. Promising Young Woman que les médias ce sont empressés d’étiqueter « premier film post MeToo » alors qu’au fond, il est beaucoup plus que cela…

Vendetta nocturne

S’il mérite largement plus que le simple qualificatif de « premier film post MeToo », c’est qu’au fond, Promising Young Woman fait montre de suffisamment de qualités, dans l’écriture, la mise en scène et à peu près tous les autres plans, pour tout simplement s’imposer comme un excellent film tout court. Autrement dit, pas besoin d’à tout prix vouloir lui conférer une signification ou d’absolument désirer l’ancrer dans son époque pour prouver sa valeur. Même si, c’est vrai, son propos fait bien sûr aussi référence aux récentes affaires relatives à MeToo.

Le génie d’Emerald Fennell consiste ainsi à faire de son premier essai derrière la caméra un formidable film de revanche doublé d’un pamphlet féministe. Le tout mélangé avec des éléments comiques, d’autres beaucoup plus tragiques et un soupçon de suspense. Une proposition audacieuse qui prend à la gorge grâce à sa force évocatrice mais aussi, comme souligné plus haut, à sa capacité à ne jamais tomber dans l’excès (ou alors très peu).

Promising-Young-Woman

Carey au bal des diables

En cela, Emerald Fennell peut se féliciter d’avoir recruté l’excellente Carey Mulligan, dont la performance est à n’en pas douter à inscrire parmi les plus impressionnantes de ces dernières années (face à elle, Alison Brie fait aussi des merveilles). En pleine possession de ses moyens, tour à tour glaçante, vulnérable et déterminée, la comédienne embrasse le rôle avec un naturel confondant, devenant sous nos yeux une sorte de justicière d’un nouveau genre, dont les actes sont définis par un traumatisme passé. La réalisatrice exploitant avec une pertinence sans cesse renouvelée la fragilité du personnage pour illustrer son discours, au sein d’une histoire qui ne se prive pas d’embrasser au passage quelques codes chers aux films de genre.

Déstabilisant, cruel et touchant, Promising Young Woman fait partie de ces longs-métrages qu’il est délicat de ranger dans une catégorie précise. Ce qui contribue d’ailleurs à sa valeur tant ici, les repères volent en éclat. Un peu comme si tout pouvait arriver au détours d’une scène. La fin va d’ailleurs dans ce sens. Une conclusion bien jusqu’au-boutiste, pas du tout prévisible et bien évidemment grandement responsable de la capacité de l’ensemble à rester longtemps en tête après le générique de fin.

Retour de bâton

Bénéficiant d’une très belle photographie, aux accents joliment old school, le film est aussi visuellement plutôt abouti. Un point sur lequel la cinéaste parvient aussi à se démarquer tant sa proposition ne cherche jamais à se réfugier derrière les valeurs du cinéma indépendant américain typé Sundance, préférant se risquer à tenter d’autres choses. Alors oui, il y a bien quelques soucis de rythme et certains personnages restent très caricaturaux mais il s’agit d’un premier essai. Un premier film étonnamment mature, puissant et éloquent.

En Bref…

Impressionnant de maîtrise pour un premier film, bénéficiant de la présence magnétique de Carey Mulligan, dans un rôle complexe, Promising Young Woman gagne aussi ses gallons grâce sa capacité à se démarquer . Un film ambitieux et atypique donc, qui va assurément nous inciter à surveiller de près la carrière de réalisatrice de la talentueuse Emerald Fennell.

@ Gilles Rolland

Crédits photos : Focus Features
Par Gilles Rolland le 28 mai 2021

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments