[Critique] LE ROI DE LA POLKA

CRITIQUES | 13 janvier 2018 | 1 commentaire
Le-roi-de-la-polka-poster

Titre original : The Polka King

Rating: ★★★★☆
Origine : États-Unis
Réalisatrice : Maya Forbes
Distribution : Jack Black, Jenny Slate, Jason Schwartzman, Jacki Weaver, J.B. Smoove, Robert Capron, Willie Garson, Vanessa Bayer…
Genre : Comédie/Drame/Biopic/Adaptation
Date de sortie : 12 janvier 2018 (Netflix)

Le Pitch :
Dès son arrivée aux États-Unis, le musicien polonais Jan Lewan s’est fixé un but : réaliser son rêve américain et devenir une star de la polka. Installé dans l’état de Pennsylvanie, Jan multiplie les boulots et enchante peu à peu un groupe fidèle d’admirateurs au fil de concerts survoltés. Jan qui va également mettre en place une gigantesque escroquerie pour parvenir à ses fins. Histoire vraie…

La Critique de Le Roi de la Polka :

Inconnu en France, Jan Lewan se bâtit aux États-Unis une certaine notoriété dans les années 90. Grâce à sa musique mais aussi et surtout suite à sa condamnation pour escroquerie, lui qui a soutiré de l’argent à des dizaines de ses fans par le biais d’une pyramide de Ponzi. Un schéma mis au point par un certain Charles Ponzi qui est bien sûr puni par la loi vu qu’il consiste à encourager des personnes à investir des grosses sommes avec à la clé, la promesse (amenée à ne jamais être tenue) d’un retour sur investissement. Jan Lewan qui se retrouve au centre du nouveau film de Maya Forbes, la réalisatrice de l’excellent Daddy Cool, avec Mark Ruffalo…

Le-roi-de-la-polka-Jenny-slate-Jack-black

Jack Black Movie

Jack Black ne ressemble pas vraiment au vrai Jan Lewan mais ça n’a pas d’importance tant l’acteur s’est pleinement investi pour devenir la star de la Polka, mettant à profit ses extraordinaires compétences de chanteur, qui lui permirent d’interpréter lui-même les chansons d’un répertoire qui jadis, enflamma les soirées d’un important contingent de fans. Jack Black qui ici, livre un numéro extrêmement savoureux, s’imposant bien sûr comme le pilier d’un film taillé sur-mesure. Parfait quand il s’agit de pousser la chansonnette ou lorsque le récit s’attarde davantage sur la fraude que Lewan a montée, afin de s’enrichir, Jack Black offre ici à sa filmographie un rôle de choix. L’un de ses meilleurs. Face à la géniale Jenny Slate, elle aussi particulièrement savoureuse et à Jason Schwartzman, dont la performance offre un parfait contre-poids à la folie que Black entretient, ce dernier fait des étincelles et porte le long-métrage du début à la fin sans se départir d’une énergie à la source de ce qui s’impose comme une belle réussite, aussi inattendue que passionnante.

Rêve américain

Derrière la caméra, forte de cette capacité à ne pas trop en faire, laissant les coudées libre à son acteur principal qu’elle a néanmoins su canaliser, Maya Forbes raconte cette incroyable histoire sans oublier ni les rires, ni l’émotion qui parfois, émerge. Attendrissant, Jan Lewan n’en reste pas moins un escroc et c’est précisément cette dualité qui offre l’opportunité à la cinéaste de livrer un film qui s’apparente certes à une vraie comédie, mais aussi à une radiographie du fameux rêve américain. Le Jan Lewan du Roi de la Polka incarnant les dérives que cette promesse du bonheur peut engendrer si tant est que l’on prenne ses préceptes un peu trop au pied de la lettre.
Divertissant, parfois étonnant, Le Roi de la Polka met en exergue une capacité à vraiment se concentrer sur l’histoire, afin de permettre aux thématiques de ressortir sans qu’au final, l’efficacité ne soit remise en question.
Et puis il y a aussi ce rythme. Comme si le long-métrage calquait sa progression sur un morceau de polka. Dynamique, vif, le film ne se pose jamais et sait mettre avant une écriture plus ciselée qu’elle n’en a l’air.
Alors non, rien de vraiment révolutionnaire là-dedans, mais l’exécution, l’écriture et l’interprétation sans faille font de cette trajectoire de vie pas comme les autres, un biopic plutôt remarquable.

En Bref…
Avec son histoire bigger-than-life, son Jack Black formidable du début à la fin, et sa capacité à ne jamais ennuyer, bien au contraire, Le Roi de la Polka s’impose comme un excellent biopic, aussi drôle que finalement touchant.

@ Gilles Rolland

Le-roi-de-la-polka-Jack-Black  Crédits photos : Netflix

Par Gilles Rolland le 13 janvier 2018

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Kercastel
Kercastel
3 années il y a

J ai passé un bon moment avec ce film burlesque tiré d une vraie histoire et ce truand sympathique nous amène dans sa joie de vivre toujours dans le positif et j en ai encore le sourire !