[Critique] SUPER DARK TIMES

CRITIQUES | 9 janvier 2018 | Aucun commentaire
Super-Dark-Times-poster

Titre original : Super Dark Times

Rating: ★★★½☆
Origine : États-Unis
Réalisateur : Kevin Phillips
Distribution : Owen Campbell, Charlie Tahan, Elizabeth Cappuccino, Max Talisman, Sawyer Barth, Amy Hargreaves, Adea Lennox…
Genre : Drame/Thriller
Date de sortie : 1er janvier 2018 (Netflix)

Le Pitch :
Inséparables, Zach et Josh voient leur amitié voler en éclats le jour où survient un tragique accident…

La Critique de Super Dark Times :

Avec leurs vélo, leurs discussions sur les jeux-vidéos, les films et les filles, les personnages de Super Dark Times évoquent irrémédiablement ceux de Stand By Me, quand bien même ils sont un peu plus âgés et évoluent dans les années 90. Surtout si on considère le milieu dans lequel il vivent, à savoir une petite ville morne de l’Amérique profonde, où le désœuvrement fait parfois office de terreau particulièrement fertile pour l’émergence de tragédie amenées à tout remettre en question au sein de l’existence de ceux qui en sont à l’origine… Difficile également de ne pas tout d’abord penser aux productions Amblin. Au tout début seulement car rapidement, quand survient l’accident qui va tout changer, Super Dark Times invite la mort dans sa dynamique et dévie d’une route pas balisée que prévu pour devenir une tragédie adolescente des plus sombres…

Super-Dark-Times

À la vie à la mort

Avec ses adolescents un peu paumés mais liés par une amitié très forte, Super Dark Times évoque au final surtout un autre classique pourtant méconnu, du cinéma américain des années 90, à savoir Le Fleuve de la mort, alias River’s Edge en version originale. Un long-métrage extrêmement oppressant, réalisé par Tim Hunter (avec Keanu Reeves), qui s’articule autour de la brutale irruption de la mort dans un groupe de copains notamment soudés par leur amour pour le heavy metal. Une autre déclinaison plus adulte et plus crépusculaire du Stand By Me de Rob Reiner aux ressorts que l’ont retrouve véritablement dans Super Dark Times. Même atmosphère poisseuse, même faculté à aborder des thématiques avec une pertinence rêche et même refus de ce sensationnalisme qui parfois, gâche un peu tout. Le Fleuve de la mort qui s’avère néanmoins encore un peu plus hermétique que Super Dark Times, dont le déroulement est plus direct et donc aussi un peu moins cohérent avec les intentions de base…
Super Dark Times qui s’impose aussi grâce à la pertinence avec laquelle il traite de l’amitié, y compris quand il observe les effets de l’accident au centre de son script quand celle-ci part en morceaux.

Tragédie adolescente

Toute la première partie est en cela particulièrement réussie. La façon dont le réalisateur Kevin Phillips (dont c’est d’ailleurs le premier long-métrage) a de nous présenter les deux personnages principaux, Josh et Zach, en insistant sur des points particuliers pour vraiment mettre en exergue les liens qui les unissent, est complètement bien vu. Phillips qui saisit par cela une sorte d’universalité, conférant à la deuxième partie de son film un côté d’autant plus cruel.
Bon, cela dit, il n’évite pas non plus l’excès. Inutile de dire qu’on ne dévoilera rien de l’intrigue ici mais Super Dark Times, si il s’avère glaçant plus qu’à son tour, tombe un peu dans l’outrance quand vient le moment de conclure. Une fin qui ne gâche pas tout mais qui trahit une ambition un poil mal canalisée et encourage à penser que si il avait pris une autre direction, disons moins radicale, le film aurait sonné avec davantage de force.
Mais rien de tout cela ne remet en cause la maestria discrète de la mise en scène, le grâce parfois crépusculaire qui se dégage de certaines scènes, la vérité qui caractérise les échanges et le performances des acteurs, tous franchement très bons. Ce qui suffit largement à rendre Super Dark Times intéressant…

En Bref…
Une tragédie adolescente qui réussit presque tout ce qu’elle entreprend, sauf son dénouement, un peu trop abusif pour convaincre pleinement. Néanmoins, la pertinence du propos et l’application dont font preuve les acteurs et le réalisateur font mouche la plupart du temps et finissent de rendre Super Dark Time recommandable.

@ Gilles Rolland

Super-Dark-Times-2  Crédits photos : Netflix

Par Gilles Rolland le 9 janvier 2018

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments