[Critique] THE OLD GUARD

CRITIQUES | 17 juillet 2020 | Aucun commentaire
The-Old-Guard-poster

Titre original : The Old Guard

Rating: ★★★☆☆

Origine : États-Unis

Réalisatrice : Gina Prince-Bythewood

Distribution : Charlize Theron, Kiki Layne, Matthias Schoenaerts, Marwan Kenzari, Luca Marinelli, Chiwetel Ejiofor, Harry Melling, Veronica Ngo…

Genre : Action/Fantastique/Adaptation

Durée : 1h58

Date de sortie : 10 juillet 2020 (Netflix)

Le Pitch :

Andy, une redoutable guerrière, est à la tête d’un clan d’immortels qui œuvre depuis des siècles à travers le monde pour le bien de l’humanité. Un jour, alors qu’aucun nouvel immortel ne s’est révélé depuis des centaines d’années, une jeune femme se réveille subitement après avoir été mortellement blessée au combat. Amenée à rejoindre le groupe de mercenaires d’Andy, la recrue va prendre part à une mission périlleuse qui pourrait à jamais mettre en péril l’existence de ces combattants sans âge…

La Critique de Old Guard :

Adaptation attendue des comics de Greg Rucka et Leandro Fernández, The Old Guard ravive la thématique de l’immortel en s’imposant comme une sorte de relecture contemporaine d’Highlander. Si ce n’est que cette fois-ci, il ne doit pas du tout en rester qu’un. Bien au contraire tant le film de Gina Prince-Bythewood met en scène un groupe de mercenaires et table en partie sa dynamique sur les relations entre les différents individus qui, ensemble, composent avec leur immortalité en tentant de faire le bien. The Old Guard que la critique et une large partie des fans du comics se sont empressés d’étriller. Un sort mérité ? C’est ce que nous allons voir ici…

Princess of the Universe

Connu pour avoir réalisé quelques épisodes de The Bernie Mac Show et Tout le monde déteste Chris mais aussi des films comme Love and Basketball et Le Secret de Lily Owens, Gina Prince-Bythewood se retrouve à la tête de cette super-production Netflix en partie portée par une Charlize Theron de retour dans l’action quelques années après le tonitruant Atomic Blonde. Une actrice qui endosse les habits d’une immortelle furieusement badass à la tête d’une escouade évoluant dans l’ombre de l’humanité. Des guerriers incapables de mourir, engagés dans de multiples missions et autres conflits notoires, pour le bien des Hommes, quand bien même ces derniers ignorent l’existence de ces super-héros qui n’en sont pas totalement non plus… Plutôt séduisant, le postulat du comics donne l’opportunité à Gina Prince-Bythwood de développer une vaste mythologie tout en orchestrant à intervalles réguliers de grosses scènes de baston bien violentes… Autant commencer par le positif : The Old Guard sait envoyer du bois quand c’est nécessaire. Faisant montre dès le début d’un caractère plutôt fonceur, il ne recule pas devant la violence, même si cette dernière, très graphique, reste néanmoins dans les clous. Idem pour l’action, typique de ce genre de productions modernes axées sur des morceaux de bravoure esthétiques à base de chorégraphies guerrières. Pour autant, si on apprécie la maestria V dont la réalisatrice fait preuve lors des fusillades et autres affrontements, quand les héros se servent tout autant de leurs flingues que de leurs épées ou même de leurs haches, difficile d’ignorer que The Old Guard s’avère un peu trop stylisé pour son propre bien. Le show manquant paradoxalement d’âme quand il adopte des gimmicks qu’il peine à s’approprier. On pense ainsi à Matrix, à Equilibrium et plus globalement à tous ces long-métrages dans lesquels les personnages assurent un max quand il s’agit de botter le cul de leurs ennemis à l’aide de techniques de combat millimétrées. Pour faire court, tout ça manque un peu d’aspérité. Même s’il est toujours agréable de voir Charlize Theron, plus que jamais crédible dans l’action pure et dure, dézinguer à tour de bras les bad guys.

“L’éternité c’est long. Surtout vers la fin”

Contrairement à Highlander, The Old Guard n’arrive pas non plus à complètement exploiter la thématique de l’immortalité, se focalisant sur Andy, le personnage de Charlize Theron, un peu sur celui de la nouvelle recrue campée par Kiki Layne mais délaissant les autres, qui du coup, ne ressemblent surtout qu’à de simples faire-valoir. Pas de quoi entamer le caractère divertissant de l’ensemble mais force est de reconnaître que cela amenuise par contre grandement la portée du discours. Parsemé de bonnes idées, touchant à quelques reprises du doigt des choses vraiment intéressantes en nous laissant entrevoir ce qui aurait pu advenir du film entre d’autres mains (et peut-être à une autre époque), The Old Guard souffre finalement des mêmes défauts que les productions basiques du genre sorties ces dernières années au cinéma ou en VOD. De l’action, une ou deux vannes par-ci, par-là, des personnages façonnés pour contenter tout le monde (le fait que le film ne leur accorde pas vraiment d’importance donne à certains un pur rôle de pare-feu pour éviter au film le procès d’intention), un scénario qui évite de trop creuser et une histoire potentiellement intéressante mais finalement assez fade. Passant le plus clair de son temps à tenter de faire illusion en multipliant les effets, The Old Guard s’avère bien trop lisse pour convaincre pleinement. Pas grand chose de vraiment poignant ou de poétique dans cette histoire de mercenaires immortels. Ce qui est particulièrement flagrant quand le script essaye justement de titiller notre corde sensible sans y parvenir. Mais cela dit, pas de quoi bouder son plaisir pour autant car en tant que pur divertissement, The Old Guard est loin d’être aussi catastrophique qu’annoncé un peu partout. Disons qu’il s’avère plus anecdotique que mauvais. Plus brouillon que raté. Plus inoffensif que marquant…

En Bref…

The Old Guard est un blockbuster de son époque, avec tout ce que cela sous-entend de personnages politiquement corrects, de bastons stylisées et autres effets opportunistes. Un film divertissant, un peu trop long pour son propre bien, parfois vif et correctement emballé, qui ne devrait pour autant pas rester dans les mémoires…

@ Gilles Rolland

The-Old-Guard-cast
Crédits photos : Netflix
Par Gilles Rolland le 17 juillet 2020

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments