[Dossier] Les 10 pires méchants de l’histoire des films de super-héros

DOSSIERS | 26 novembre 2017 | Aucun commentaire
suicide-squad-photo-joker

Les méchants sont peu à peu devenus très problématiques dans les films de super-héros. Qu’on soit chez DC Comics ou chez Marvel d’ailleurs tant les deux « maisons » ont a leur actif un nombre considérable de bad guys complètement loupés. Comme disait le grand Sir Alfred Hitchcock, « Plus réussi est le méchant et plus réussi sera le film »… Bien sûr, l’inverse est tout aussi valable. Impossible de réaliser un bon film quand le méchant est raté. Surtout dans le cas de productions super-héroïques qui reposent toutes sur la traditionnelle opposition entre le bien et le mal. Chacune des deux parties devant être crédible et consistante pour permettre au spectacle de s’envoler.
Petite précision : Le Freeze d’Arnold Schwarzenegger dans Batman et Robin n’est pas présent dans ce classement pour la simple et bonne raison qu’à sa façon, Freeze est un bon méchant de comics. Oui malgré ses pantoufles… Et puis il est drôle au moins. Ce qui n’est pas le cas des 10 méchants qui suivent. Ou alors tout à fait involontairement…

1 – Nuclear Man (Mark Pillow) – Superman IV (1987)

Créé par Lex Luthor à partir d’un cheveu de Superman, Nuclear Man est bel et bien le méchant le plus à la ramasse de l’histoire des films des super-héros. En même temps, Superman 4, outre ses évidentes qualités comiques, est l’un des plus mauvais films du genre jamais réalisés. Interprété par Mark Pillow, un ancien chippendale, Nuclear Man n’est pas vraiment resté dans les mémoires pour de bonnes raisons. Contrairement à Gene Hackman, toujours de la partie dans ce quatrième volet, qui demeure bel et bien à ce jour le meilleur interprète de Lex Luthor et qui s’impose donc du même coup comme l’un des meilleurs méchants de l’histoire des films de super-héros.

via GIPHY

2 – Steppenwolf (Ciaran Hinds) – Justice League (2017)

On reste chez DC Comics avec le tragique Steppenwolf. Un bad guy non seulement salopé d’un point de vue visuel, puisqu’il se résume à un gros ramassis d’images de synthèse mal dégrossies, mais aussi narrativement parlant. Jamais à la hauteur pour incarner la menace qu’il est censé imposer aux super gentils, aussi charismatique qu’un gant de toilette oublié sur le bord de la baignoire, Steppenwolf fait d’ailleurs partie des choses qui pêchent le plus dans Justice League. Malgré l’excellent Ciaran Hinds qui lui prête sa voix. Même ses sbires, des espèces de vampires/moustiques volants, ne sont pas à la hauteur. Cerise sur le gâteau : la façon dont il se retire est tout aussi naze. Mais au fond, c’est plutôt cohérent.

justice-league-steppenwolf-social

3 – Malekith (Christopher Eccleston) – Thor : Le Monde des Ténèbres (2013)

Pourtant campé par le génial Christopher Eccleston, Malekith est typiquement le méchant dont on a tout oublié une fois le film terminé. Film qu’il tire d’ailleurs constamment vers le bas. La faute à des motivations dont on se fout éperdument et plus globalement à une écriture catastrophique. Alors que Thor 2 ne doit finalement son salut qu’à ses interprètes, Chris Hemsworth, Tom Hiddleston et Natalie Portman en tête, Malekith pour sa part, incarne tout ce qui cloche. À la fin, on a qu’une envie, c’est l’oublier. Pour toujours.

via GIPHY

4 – Galactus – Les 4 Fantastiques et le Surfeur d’Argent (2007)

Tout est naze dans ce film : les héros, les effets-spéciaux, le scénario, la mise en scène, tout ! Cependant, un élément parvient à se montrer encore plus médiocre que tout le reste. Il s’agit bien sûr de Galactus, qui se résume ici à un nuage dans l’espace qui englouti des planètes. Autant dire qu’on est loin du Galactus des comics qui avait quand même une autre consistance. À ce jour l’un des plus flagrants sabordages super-héroïques vu au cinéma.

galactus-fantastic-four

5 – Electro (Jamie Foxx) – The Amazing Spider-Man : Le Destin d’un héros (2014)

Pauvre Jamie Foxx… Non parce que des méchants aussi loupés que celui-là, tout aussi inintéressants que visuellement méchamment vilains, on n’en voit pas tous les jours. Mais là aussi, c’est plutôt cohérent tant The Amazing Spider-Man 2 est à ce jour, et de loin, le plus mauvais Spider-Man jamais réalisé… Et le bouffon vert de Dane DeHaan on en parle ?

via GIPHY

6 – Bulleye (Colin Farrell) – Daredevil (2003)

Quel ratage que ce Daredevil ! Incompréhension totale du personnage, acteurs dirigés n’importe comment, Evanescence dans la bande-originale, et méchants totalement aux fraises. Entre autres défauts manifestes bien sûr. Naufrage total, Daredevil a porté préjudice à toutes les personnes impliquées de près ou de loin. Le pire étant peut-être Colin Farrell, dont le Bulleye est une insulte au personnage des comics…

via GIPHY

7 – Yashida/Silver Samourai (Tao Okamoto) – Wolverine : le combat de l’immortel (2013)

Non mais sans rire, c’est quoi ce bad guy de pacotille ? Un pantin tout à fait indigne de son interprète et de Wolverine qui du coup, a cette fois-ci encore une fois loupé le coche en solo. Le tout avant de revenir, plus badass et d’une certaine façon plus flamboyant que jamais dans le fantastique Logan.

via GIPHY

8 – Victor von Doom/Docteur Fatalis (Toby Kebbell) – Les 4 Fantastiques (2015)

Malgré son gros potentiel, son casting hyper classe et son réalisateur motivé et talentueux, cette nouvelle adaptation des 4 Fantastiques s’est pris le mur. Pas avec autant de force que les deux longs-métrages précédents mais quand même… Un film bancal qui souffre notamment d’un méchant vraiment raté. Visuellement parlant tout particulièrement. Au moins, dans les films précédents, Fatalis ressemblait un tant soit peu à Fatalis…

via GIPHY

9 – Le Joker (Jared Leto) – Suicide Squad (2016)

Il fallait le faire… Parvenir à s’imposer, négativement parlant, dans cet océan de médiocrité qu’est Suicide Squad, en campant qui plus est l’un des plus grands méchants de l’histoire… Et si Jared Leto, dont l’interprétation est tout de même très loin de celles de Jack Nicholson et de Heath Ledger, n’est pas le seul à blâmer, il faut reconnaître que rien ne va chez ce Joker. Rien du tout.

via GIPHY

10 – L’Echanteresse (Cara Delevingne) – Suicide Squad (2016)

On reste chez Suicide Squad avec cette chère Cara Delevingne, dont le rôle ici se limita à se dandiner affublée d’un maquillage laid au possible en proférant de vagues menaces tout aussi risibles que les inclinaisons d’un scénario qui a en plus la générosité de l’affubler d’un side-kick tout aussi loupé qu’elle.

via GIPHY

On est d’accord il en manque…

@ Gilles Rolland

Par Gilles Rolland le 26 novembre 2017

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments