[Critique] SCREAM 4

STARVIDEOCLUB | 2 juin 2018 | Aucun commentaire
Scream-4-poster

Titre original : Scream 4

Rating: ★★★★☆
Origine : États-Unis
Réalisateur : Wes Craven
Distribution : Neve Campbell, Courteney Cox, David Arquette, Emma Roberts, Hayden Panettiere, Rory Culkin, Anthony Anderson, Alison Brie, Kristen Bell, Anna Paquin…
Genre : Épouvante/Horreur/Thriller/Suite/Saga
Date de sortie : 13 avril 2011

Le Pitch :
10 ans après le massacre de Woodsboro, Sydney Prescott est de retour dans sa ville natale pour y promouvoir son livre. Elle y retrouve Dewey, devenu shérif, et sa femme Gale, mais aussi sa famille. Malheureusement ces retrouvailles sont vites gâchées par de nouveaux meurtres…

La Critique de Scream 4 :

11 ans après Scream 3, le célèbre Ghostface fait son retour dans les salles obscures avec ce qui semble être la conclusion d’une franchise en demi-teinte. En effet, après un premier volet culte, Wes Craven a fait sombrer le tueur au masque blanc dans un ensemble de clichés malvenus avec deux épisodes plutôt moyens bien que divertissants. Mais pour autant, rien ne prédisait que Scream 4 serait mauvais. Alors, qu’en est-il vraiment ?

Retour aux sources

Si Scream 3 avait rompu (malheureusement ?) l’habitude prise de plonger le spectateur dans le film avec une scène d’ouverture accrocheuse, on ne peut que se satisfaire du démarrage incroyablement parodique proposé par ce quatrième film. En effet, suites cinématographiques abusives, malveillance des réseaux sociaux… tout y passe en quelques minutes à travers une séquence digne du premier film, teintée de second degré. Et les similitudes avec le premier opus ne s’arrêtent pas là, bien au contraire. Si les héros de la première heure sont évidemment invités à la petite fête, Scream 4 peut presque se voir comme un remake hommage au film culte de 1997. Avec son groupe d’adolescents poursuivi par un assassin masqué, Scream 4 propose certes la même chose que la plupart des slashers, mais on y retrouve clairement les ingrédients qui ont fait de Scream un classique du genre. Les nouveaux personnages rappellent fortement la première génération même si les nouvelles technologies ont pris le dessus sur les rapports humains. Le film est ainsi donc loin d’être une pâle copie et propose son lot d’innovations permettant d’actualiser le propos. Une version 2.0 de Ghostface en quelque sorte.

American Idol

Le scénario est quant à lui plutôt crédible. Les séquences de meurtre retrouvent les effets gores qui faisaient le charme du premier film, et les clichés sont bien mieux exploités que dans les épisodes 2 et 3. On rit, on tremble un peu mais on se prend surtout d’intérêt pour l’enquête au cœur du récit. Qui se cache derrière le masque ? Les pistes laissées par Wes Craven et son fidèle scénariste Kevin Williamson sont nombreuses et le dénouement est assez surprenant. La révélation finale se pose d’ailleurs un coup de génie et rappelle les motivations du premier duo de sadiques costumés. On regrettera toutefois la présence dans le film de la toute dernière séquence, à savoir celle de l’hôpital. En effet, sans cette fin maladroite, Wes Craven aurait signé un grand film qui tourne en dérision la soif de célébrité d’une jeunesse américaine biberonnée aux émissions de télé-réalité…

En Bref…
Avec Scream 4, Wes Craven redonne un peu de fraîcheur à une franchise qui s’était légèrement embourbée dans des facilitées scénaristiques. Non sans défauts, ce dernier volet a néanmoins le mérite de faire du neuf avec du vieux et d’offrir un divertissement de qualité tout en pointant du doigt les dérives d’une télé-réalité pas toujours exemplaire…

@ Kevin Lefebvre

 

Scream-4-cast   Crédits photos : SND

Par Kevin Lefebvre le 2 juin 2018

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments