[Critique] BLACK WIDOW

CRITIQUES | 2 septembre 2021 | Aucun commentaire
Black-Widow-poster-us

Titre original : Black Widow

Rating: ★★★½☆

Origine : États-Unis

Réalisatrice : Cate Shortland

Distribution : Scarlett Johansson, Florence Pugh, David Harbour, Rachel Weisz, Ray Winstone, Olga Kurylenko, William Hurt, Julia Louis-Dreyfus…

Genre : Action/Thriller/Fantastique/Adaptation/Saga

Durée : 2h14

Date de sortie : 7 juillet 2021

Le Pitch :

Exilée en Norvège après les événements survenus en Allemagne entre Iron Man et Captain America, Natasha Romanoff est attaquée par Taskmaster, un combattant très puissant capable de reproduire toutes les techniques de combat de ses adversaires. Contrainte à fuir, elle retrouve sa famille en Russie, avec laquelle elle tente d’échafauder un plan d’attaque…

La Critique de Black Widow :

À l’origine, Black Widow devait donc inaugurer la phase 4 du MCU mais le Covid-19 s’en est mêlé et la phase en question fut repoussée avant de débuter, à la télévision, avec la première saison de WandaVision. D’une certaine façon peu importe vu que l’action de Black Widow se situe avant Avengers : Inifinity War et Endgame et s’apparente à une sorte de parenthèse entièrement au service du personnage campé par Scarlett Johansson…

Il était une fois la Veuve noire

Dès le départ, malgré son introduction très réussie, Black Widow a du plomb dans l’aile. La raison ? Vu que le film se situe après Captain America : Civil War et avant Avengers : Infinity War, on sait très bien que quoi qu’il se passe dans le film, l’héroïne va très bien s’en sortir. Voilà qui, mine de rien, plombe un peu les enjeux. Alors oui, à peine a-t-il débuté que Black Widow sonne déjà comme un projet un peu anecdotique. Mais ce sont aussi les limites du MCU qui souvent, met en scène des personnages en solo ou pas loin, opposés à des menaces pas vraiment menaçantes juste pour la simple raison que la chronologie du MCU ne peut pas se composer uniquement de duels à mort du type de celui qui occupe les super-héros dans les différents volets d’Avengers.

Il faut donc entrevoir Black Widow pour ce qu’il est, à savoir une origin story. Oui l’action se situe après Civil War mais c’est aussi l’enfance de Natasha qu’on nous raconte, en nous expliquant donc au passage comment elle est devenue une Black Widow. Le film se concentrant sur les comptes qu’elle entend régler avec les fantômes de son passé.

Black-Widow-Johansson-Pugh

Black Window XP

On le sait depuis longtemps, Scarlett Johnasson peut tout faire. Ici dans un costume qu’elle a largement eu le temps d’éprouver au fil des années depuis sa première apparition dans Iron Man 2, elle fait à nouveau des merveilles même si elle ne nous propose pas non plus grand chose de neuf. Mais ce n’est pas de sa faute car le scénario joue en permanence la sécurité. Pilier de l’aventure, Scarlett peut en revanche compter sur la nouvelle venue, Florence Pugh, l’une des forces vives du jeune cinéma américain, pour lui donner le change. Une actrice loin de la scène indépendante, qui envoie quand même du lourd. Sa présence à elle seule justifie le visionnage. Rajoutez à cela un David Harbour en grande forme et le tour est joué !

Sans crier gare, Black Widow parvient à nous divertir, y compris quand il enchaîne les péripéties attendues et peine donc à trouver une réelle résonance au sein du MCU.

Marvel en pilotage automatique

Après, force est de reconnaître que si quelques scènes sortent du lot, au début notamment, et que parfois, l’émotion arrive même à poindre (au début surtout, là encore), le film ressemble à une photocopie moins inspirée de Captain America : le Soldat de l’hiver. Le fantastique est logiquement relégué au second plan et les codes éculés des films d’espionnage sont de la partie.

Malheureusement, le show possède moins de fougue et se perd même parfois, à mi-chemin notamment, dans des digressions parfaitement vaines. Les effets-spéciaux, certains en tout cas, semblent même un peu datés. C’est étrange… Mais comme souligné plus haut, malgré tout, Cate Shortland assure suffisamment pour nous maintenir éveillé. Même s’il est toujours regrettable de voir une réalisatrice comme elle, venue du cinéma indépendant, se faire aspirer toute son audace et sa moelle créative au profit d’une machine bien huilée qui ne supporte pas les dérapages (même si le MCU en compte quelques savoureux comme Thor Ragnarok ou Les Gardiens de la Galaxie 1 et 2… surtout le 2).

En Bref…

Black Widow tire principalement sa force de son casting. Pour le reste, le show est attendu et tous les codes scrupuleusement respectés. On a certes vu pire mais aussi beaucoup mieux. Y compris dans le MCU.

@ Gilles Rolland

Black-Widow-cast
Crédits photos : Walt Disney Studios
Par Gilles Rolland le 2 septembre 2021

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments