[Critique] SCREAM (2022)

CRITIQUES | 13 janvier 2022 | Aucun commentaire
Scream-2022-poster

Titre original : Scream

Rating: ★★☆☆☆

Origine : États-Unis

Réalisateurs : Matt Bettinelli-Olpin, Tyler Gillett

Distribution : Melissa Barreta, Sonia Ammar, Kyle Gallner, Dylan Minnette, Jenna Ortega, Jack Quaid, Neve Campbell, Courteney Cox, David Arquette…

Genre : Horreur/Suite/Saga

Durée : 1h54

Date de sortie : 14 janvier 2022

Le Pitch :

À Woodsboro, 25 ans après les premiers meurtres, un nouveau tueur commence à massacrer des jeunes en arborant le masque de Ghostface…

La Critique de Scream :

On aurait pu penser que la mort de Wes Craven, le réalisateur du premier Scream mais aussi de tous les autres, avait sonné le glas de la saga. Mais il y eut la série TV, qui a encouragé quelques rumeurs de couloir. Rumeurs qui ont fini par se concrétiser par un cinquième volet, mis en scène par les mecs de Wedding Nightmare, avec l’implication du trio de tête de la saga à savoir Neve Campbell, Courteney Cox et David Arquette. Les trois vétérans étant ici accompagnés de toute une ribambelle de jeunes acteurs plus ou moins connus. Scream qui ne dit pas vraiment son nom car les producteurs ont préféré virer le 5 pour retrouver le titre original, quitte à semer le doute.

Alors c’est quoi au juste ce nouveau Scream ? Une suite ? Un remake ? Non, il s’agit, comme l’un des personnages nous l’explique, d’un requel !

Requel vous avez dit requel ?

Le requel est une sorte de suite qui essaye à la fois de revenir aux origines d’une franchise, avec des nouveaux personnages et de nouveaux enjeux, mais qui permet aussi aux fans de retrouver les anciens acteurs. Voilà, pour les explications, encore une fois fournies par le film, à un moment clé.

Parce que Scream 2022 est comme Scream 1996. Mieux ! Celui-ci, comme Scream 3 et Scream 4, prend tout le monde de haut, fait son petit malin en essayant de se dédouaner de ses défauts pour finalement mieux les embrasser sans les assumer, et se contente de se vautrer lors du sprint final en enchaînant les bons vieux clichés moisis.

Scream-Neve-Campbell-Neve-Campbell

Same old song

L’introduction évoque celle du premier Scream avec Drew Barrymore. « Quel est ton film d’horreur préféré ? ». La fille dit « Mr. Babadook » et l’autre lui répond que c’est prétentieux car ce genre de film n’assume pas vraiment son statut d’œuvre horrifique, bal, bla, bla. Alors là on se dit que c’est déjà vu mais tout de même rigolo. La mise en abîme tout ça. Mais après ça se gâte car en fait, on s’aperçoit que Scream 2022 passe son temps à dénoncer des trucs chez les autres pour se vautrer l’instant d’après dans ces mêmes trucs. Là où le premier volet tranchait avec malice en prenant le contre-pied des slashers à la Halloween et Vendredi 13, ici, les réalisateurs se contentent de réchauffer la recette sans même chercher à lui apporter de nouveaux ingrédients. Mais attention, car ils essayent quand même de nous embobiner. Et c’est aussi pour ça qu’au final, ce Scream est un peu gonflant. En plus d’être relativement stupide. Mais ça, on s’y attendait un peu.

C’est avec les vieux couteaux qu’on fait les meilleurs massacres

Malheureusement, quand vient le moment de découvrir qui est le tueur, on s’en fout déjà. Le dénouement est là, et lui aussi est décevant. Le soucis avec la saga Scream, c’est qu’elle n’aurait jamais du se prolonger au-delà du premier. Allez, on concède que le 2 avait un petit truc sympa, avec l’histoire du film inspiré des meurtres. Mais ici, les scénaristes ont fait tourner la photocopieuse en ajoutant ici ou là quelques références modernes sans trop se fouler non plus du côté des personnages qui répondent à des clichés éculés.

Un peu ironiquement, heureusement que les vieux sont là. David Arquette surtout, arrive à tirer son épingle du jeu. Dommage en revanche pour Courtenex Cox dont le non jeu découle directement de ses trop nombreuses interventions chirurgicales. Mais Neve Campbell veille au grain. Enfin, elle essaye…

Slasher or not slasher

À trop vouloir nous prendre à revers, Scream 2022 échoue à peu près tout ce qu’il entreprend et ne met pas très longtemps à souligner au marqueur fluo les limites de sa démarche. À un moment, un personnage dit que le soucis avec Stab (le faux film inspiré dans Scream 2 des meurtres de Scream, il faut suivre), c’est que le tueur n’est pas un Michael Myers ou un Jason Voorhees, qui peut revenir et revenir encore sans jamais mourir. Non, car dans Stab comme dans Scream, le tueur change à chaque fois. Et là encore c’est bien ça le soucis. C’est pour cette raison que la saga n’aurait pas dû compter autant de chapitres.

Il est toujours préférable de voir encore et encore, 5, 6, 7 ou 15 fois, Jason sortir de sa tombe et massacrer des jeunes crétins à moitié à poil que d’essayer de deviner qui se cache derrière un masque blanc, dans des films qui consistent en des copies mal dégrossies d’autres films. Les Vendredi 13 comme les Halloween possèdent un côté mystique, même les plus foireux, et des mises à mort plus spectaculaires, que le côté « réaliste » de Scream lui interdit. Halloween Kills par exemple, n’est pas bien fameux mais sa légitimité est plus grande que celle de ce Scream. Scream qui en plus, aurait bel et bien dû s’éteindre avec Wes Craven. Même lui n’arrivait plus à en tirer quoi que ce soit de valable vers la fin. Alors quel intérêt de marcher sur ses traces sans même chercher à proposer du neuf ?

En Bref…

Pas déshonorant en soi, Scream a probablement plus de chances de plaire à un public jeune. Copie carbone du premier remplie à raz-la-gueule de pseudos réflexions méta pour la plupart à la ramasse, ce cinquième volet n’a pas grand chose à dire ou à offrir. On retiendra donc le retour des anciens, David Arquette en tête, mais c’est à peu près tout. Un slasher vite vu vite oublié et donc parfaitement inutile. Comment quoi, la nostalgie, ça ne fait pas tout non plus.

@ Gilles Rolland

Scream-2022-ghostface
Crédits photos : Paramount Pictures
Par Gilles Rolland le 13 janvier 2022

Déposer un commentaire

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires