[Dossier] 10 films irlandais à voir de toute urgence

DOSSIERS | 17 mars 2019 | Aucun commentaire
Au-nom-du-père-poster

L’Irlande est une terre de cinéma. Peu importe que l’on parle de l’Irlande du Nord ou de la République d’Irlande car les deux pays ont enfanté suffisamment de metteurs en scène, de scénaristes ou d’acteurs de génie pour écrire quelques-unes des pages les plus ferventes, engagées et galvanisante de l’histoire du septième-art. Retour sur 10 films cultes absolument incontournables.

Sing Street (John Carney, 2016)

L’éveil d’un jeune garçon dans le Dublin des années 80. Un film magnifique, drôle et touchant, d’une pertinence à toute épreuve. Déjà derrière le formidable Once (lui aussi présent dans cette liste), John Carney a ni plus ni moins livré l’un des meilleurs films de l’année 2016 et à coup sûr l’un des meilleurs films du genre. Critique ici.

via GIPHY

Once (John Carney, 2007)

Dans les rues de Dublin, deux musiciens tombent amoureux… Une histoire aussi simple que magnifiquement orchestrée et interprétée. Un ode à la musique et aux sentiments qu’elle charrie. Une merveille absolue.

Au Nom du Père (Jim Sheridan, 1994)

Jim Sheridan a réalisé un authentique chef-d’œuvre. L’un des films les plus importants, les plus justes et les plus marquants sur la douloureuse histoire de l’Irlande du Nord. Une drame également déchirant centré un père essayant de sauver son fils. Inoubliable.

via GIPHY

Brooklyn (John Crowley, Paul Tsan, 2016)

La formidable Saoirse Ronan est l’héroïne d’une superbe histoire d’amour. Brooklyn qui est certes un trésor d’écriture, mais aussi une authentique réussite formelle. Critique ici.

via GIPHY

Hunger (Steve McQueen, 2008)

Et le monde découvrit Steve McQueen. Le réalisateur qui faisait son entrée dans le cour des grands armé d’un œuvre hyper puissante en forme de K.O.. pur et simple. La performance de Michael Fassbender, qui s’affama dangereusement pour le rôle, n’est pas étrangère à cette réussite.

via GIPHY

Les Commitments (Alan Parker, 1991)

Un excellent film musical, mis en scène de main de maître par Alan Parker. Une date dans l’histoire du cinéma irlandais et le début d’un culte qui dure encore aujourd’hui, au fil de nombreux concerts charriant l’état d’esprit du film (un groupe fut formé à la suite du succès du long-métrage).

The Magdalene Sisters (Peter Mullan, 2003)

Une œuvre hyper marquante. Traumatisante même. Le calvaire de trois jeunes filles dans l’Irlande des années 60. Le genre de film qu’il est impossible d’oublier.


My Left Foot (Jim Sheridan, 1989)

Avant Au Nom du Père, Jim Sheridan et Daniel Day-Lewis portaient déjà une œuvre percutante. Un film qui mit puissamment en lumière le talent d’un réalisateur alors en pleine possession de son art et d’un acteur impliqué, d’une justesse absolue.

via GIPHY

Frank (Lenny Abrahamson, 2014)

Frank n’est pas le meilleur film de Lenny Abrahamson. Il s’agit bien sûr de Room, avec Brie Larson. Cela dit, Frank reste remarquable dans sa façon de raconter une histoire, en musique, sans s’interdire de multiples audace narratives et formelles, parfois discrètes mais toujours pertinentes. Un film unique en son genre, tout à fait représentatif du talent de son metteur en scène.

via GIPHY

The Crying Game (Neil Jordan, 1992)

Envoûtant, vénéneux, fascinant… The Crying Game est assurément l’un des films les plus cultes du débuts des 90’s. Au point de coller à la peau de son réalisateur et de ses stars, Stephen Rea et Jaye Davidson en tête, qui eurent bien du mal à s’en détacher par la suite.

@ Gilles Rolland

Par Gilles Rolland le 17 mars 2019

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments