[CRITIQUE] THE FALL GUY

CRITIQUES | 2 mai 2024 | Aucun commentaire
The-Fall-Guy-poster-fr

Titre original : The Fall Guy

Rating: ★★½☆☆

Origine : États-Unis

Réalisateur : David Leitch

Distribution : Ryan Gosling, Emily Blunt, Aaron Taylor-Johnson, Hannah Waddingham, Winston Duke, Teresa Palmer, Stephanie Hsu…

Genre : Action/Thriller/Comédie/Adaptation

Durée : 2h05

Date de sortie : 1er mai 2024

Le Pitch :

Cascadeur à Hollywood, Colt Seavers se blesse très gravement au cours d’une cascade. S’il parvient à récupérer, il se tient désormais à l’écart des plateaux de tournage. Un jour, son ancienne productrice lui demande de reprendre du service afin de retrouver la star d’un blockbuster justement réalisé par l’ex-petite amie de Colt…

La Critique de The Fall Guy :

« Je suis l’homme qui tombe à pic, je suis l’homme qui vient de loin… ». Le générique de la série L’Homme qui tombe à pic, avec l’emblématique Lee Majors, a résonné dans de très nombreux foyers entre 1981 et 1986, année où elle a tiré sa révérence. Une série culte qui, après Starsky & Hutch, L’Agence tous risques et Alerte à Malibu, débarque aujourd’hui au cinéma, sous la direction de David Leitch (John Wick, Atomic Blonde, Bullet Train).

Mise en abîme

Ancien cascadeur, connu pour avoir été la doublure de Brad Pitt, David Leitch a débuté sa carrière de réalisateur en duo, avec Chad Stahelski, sur John Wick, avant de prendre la tangente et d’enchaîner Atomic Blonde, Deadpool 2, Fast and Furious : Hobbs and Shaw et Bullet Train. David Leitch qui, avec The Fall Guy, rend hommage à la profession qui a longtemps été la sienne. Un cascadeur qui filme un acteur qui joue au cascadeur, doublé par de véritables cascadeurs…

Dans la série L’Homme qui tombe à pic, Colt Seavers acceptait de jouer les chasseurs de prime afin d’arrondir ses fins de mois. Dans le film, c’est presque pareil sauf que Seavers n’accepte qu’un seul contrat, à savoir retrouver la star qu’il double habituellement. Star incarnée à l’écran par Aaron Taylor-Johnson.

Contrairement au show culte, le film ne fait pas de son héros un chasseur de primes à plein temps mais un mec utilisé par une productrice pour tenter de remettre un blockbuster sur les rails. Le tout saupoudré de comédie et de romance, pour faire bonne mesure.

Cascade pépère

The Fall Guy, sous ses airs cool, avec son duo forcément accrocheur, formé de Ryan Gosling et Emily Blunt, ses promesses de cascades et de retournements de situation, coche toutes les cases. Difficile de reprocher à David Leitch de ne pas avoir respecté le cahier des charges de la comédie d’action à gros budget typique car c’est précisément ce que le trailer annonçait. Une ligne directrice que le film ne transcende jamais, préférant s’en tenir à de bons gros clichés parfois encombrants. Et là est bien le plus gros problème de The Fall Guy.

The-Fall-Guy-cast
Ryan Gosling et Teresa Palmer dans The Fall Guy. Tous droits réservés : Universal Pictures France.

Tablant donc quasi-exclusivement sur son concept pas si révolutionnaire (pas du tout en fait), son humour (trop) méta, avec une orgie de références et de clins d’œil et le charisme de ses acteurs, The Fall Guy ne fait preuve d’aucune audace. Pire encore, parfois, il ne prend même pas la peine de respecter le matériau de base, en tombant dans une bouffonnerie gênante car jamais très drôle.

La fin va d’ailleurs parfaitement dans ce sens, en lâchant la bride et en achevant de faire du film une sorte de gros délire bas du front et plutôt fade.

Même quand il verse dans l’action pure, car il est après tout question d’un mec qui gagne sa vie en faisant des cascades, The Fall Guy se montre aussi étonnamment timoré et ainsi à peine plus spectaculaire que la série dont il s’inspire. Un comble quand on sait que le réalisateur est un spécialiste de l’action et que le budget s’élevait à 125 millions de dollars.

L’homme qui tombe (presque) à pic

The Fall Guy parvient donc à garder la tête hors de l’eau grâce à l’abattage de ses acteurs. Sans forcer, Ryan Gosling s’impose, grâce à un personnage à la croisée des chemins de celui de Drive et du Ken de Barbie. En face, Emily Blunt incarne avec brio une réalisatrice débutante, tandis qu’Hannah Waddingham (Ted Lasso) et Winston Duke (Black Panther) contribuent eux aussi à conférer au long métrage une certaine prestance.

Dommage qu’Aaron Taylor-Johnson, qui écope d’un rôle écrit à la truelle, tire un peu tout le monde vers le bas dès qu’il se pointe.

Pas désagréable, The Fall Guy donne néanmoins l’impression que David Leitch, en ayant voulu bien faire, pour payer son tribut à la profession qui a fini par faire de lui l’un des cinéastes les plus en vogue du moment, a eu peur de monter dans les tours. Assurément sincère, sa démarche manque d’audace et de flamboyance.

Comme son scénario, très prévisible et souvent insipide. Sans oublier certaines vannes qui tombent carrément à plat et un retournement de situation cousu de fil blanc. Rien de honteux mais si The Fall Guy n’est pas la meilleure adaptation de série au cinéma (L’Agence tous risques et Starsky & Hutch sont plus convaincants), ce n’est pas non plus la pire…

En Bref…

Certes parfois sympathique, porté par des acteurs parfaitement en place et quoi qu’il en soit divertissant, The Fall Guy se montre bien trop timide, foutraque, prévisible et étonnamment peu spectaculaire pour convaincre. Il n’est de plus, avec son trop plein de clins d’œil bien trop appuyés, jamais aussi drôle et malin qu’il prétend l’être. Un défaut qu’il partage d’ailleurs avec à peu près tous les films de David Leitch…

@ Gilles Rolland

The-Fall-Guy-Emily-Blunt-et-Ryan-Gosling
Une comédie romantique avec de l’action. The Fall Guy. Tous droits réservés : Universal Pictures France.
Par Gilles Rolland le 2 mai 2024

Déposer un commentaire

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires