[Dossier] Will Ferrell : ses 20 meilleurs films !

DOSSIERS | 16 juillet 2017 | Aucun commentaire
Will-Ferrell-portrait

Aussi méconnu que mésestimé en France, où on préfère célébrer année après année la comédie beauf, Will Ferrell est pourtant l’un des hommes les plus drôles de la planète. Une espèce de génie qui règne, avec une poignée d’autres, sur tout un genre, aux États-Unis, et qui a livré quelques-uns des longs-métrages les plus hilarants de l’histoire du cinéma. Pilier du Saturday Night Live (avec notamment le sketch parfait More Cowbell), à l’origine du site web humoristique Funny or Die, garant d’un grand nombre de caméos, absolument incontournable, Will Ferrell a tourné une grosse quarantaine de films. Voici les 20 meilleurs. Ceux qu’il faut absolument avoir vu !

1 – Frangins malgré eux (Adam McKay, 2008)

La comédie parfaite. Non seulement c’est furieusement drôle, mais aussi assez tendre, parfaitement écrit et mis en scène et inspiré en permanence. Le duo que Will Ferrell forme avec John C. Reilly vaut de l’or.

via GIPHY

2 – Présentateur Vedette : La Légende de Ron Burgundy (Adam McKay, 2004)

Le personnage de Ron Burgundy fait partie des monstres de la comédie américaine. Un personnage auquel Will Ferrell a su conférer toute sa folie et son charisme. Ce premier volet est en cela un modèle du genre. Une référence.

via GIPHY

3 – Ricky Bobby : Roi du Circuit (Adam McKay, 2006)

Délire borderline prenant pied dans le monde des courses de voitures, Ricky Bobby est, ne serait-ce que par son sujet, plus excluant que Présentateur Vedette. Pourtant, sa valeur est similaire. Une grande comédie, qui pousse le vice jusqu’à étirer son génie jusqu’au bêtisier post générique qui est l’un des plus drôles jamais emballés.

via GIPHY

4 – Légendes Vivantes (Adam McKay, 2013)

La suite de Présentateur Vedette est légèrement en deçà de l’original mais s’avère être redoutable d’efficacité. L’effet de surprise n’est plus là mais tout le reste oui. Un modèle également, scandaleusement sous-estimé.

via GIPHY

5 – Elfe (Jon Favreau, 2003)

L’un des meilleurs films de Noël. Tout simplement.

via GIPHY

6 – Back To School : Retour à la Fac (Todd Phillips, 2004)

Un des premiers gros films de Will Ferrell ici remarquablement entouré par une équipe d’acteurs comprenant notamment Jeremy Piven, Luke Wilson et Vince Vaughn. Et alors qu’il n’est pas le héros de cette histoire centrée sur un groupe d’adultes désireux de renouer avec la folie de la vie étudiante, c’est pourtant lui qui remporte la palme à la fin.

via GIPHY

7 – L’Incroyable Destin d’Harold Crick (Marc Forster, 2006)

L’équivalent pour Ferrell de Truman Show pour Jim Carrey. C’est dire la qualité de ce drame fantastique remarquable en tous points. La preuve étincelante de la faculté de Ferrell à ne pas jouer que sur un registre comique.

via GIPHY

8 – Casa De Mi Padre (Matt Piedmont, 2012)

Un tour de force que personne n’a vu malheureusement. Tourné en espagnol, cette parodie des tele novelas est, dans son genre, une référence. Un film rare basé sur un concept poussé à son paroxysme.

via GIPHY

9 – Serial Noceurs (David Dobkin, 2005)

Ok, Will Ferrell ne joue qu’un rôle secondaire. Mais à la fin, c’est surtout de lui qu’on se souvient. En une poignée de séquences, il vole le film sous le nez d’Owen Wilson et Vince Vaughn, pourtant excellents tous les deux.

via GIPHY

10 – Very Bad Cops (Adam McKay, 2010)

Le duo avec Mark Wahlberg fonctionne à plein régime et même si le film accuse un ou deux ventres mous, le propos et la verve comique en font un incontournable.

via GIPHY

11 – Zoolander (Ben Stiller, 2001)

Contrairement à Zoolander 2, Zoolander premier du nom est un grand film. Une comédie emblématique qui doit bien évidemment beaucoup à Ben Stiller. Pour autant, difficile de l’imaginer sans Will Ferrell, même si il n’est pas au premier plan.

via GIPHY

12 – Les Rois du Patin (Will Speck, Josh Gordon, 2007)

Retrouver Will Ferrell dans cette sorte de parodie improbable sur le patinage artistique sonne avec une évidence propre à l’acteur. Un film un peu sage mais suffisamment drôle pour emporter la mise.

via GIPHY

13 – Le Monde (presque) perdu (Brad Silberling, 2009)

Un film d’aventure pour enfants qui doit tout à ses acteurs et tout spécialement à Will Ferrell. Ferrell qui n’a que faire que tout ceci soit finalement assez anecdotique, lui qui se donne à fond et livre une performance qui figure donc parmi les meilleures de sa carrière.

via GIPHY

14 – Semi-Pro (Kent Alterman, 2008)

Un Will Ferrell Movie typique, qui aurait pu être beaucoup plus délirant mais qui, en l’état, porte la marque de sa star.

via GIPHY

15 – Melinda et Melinda (Woody Allen, 2004)

Un Woody Allen un peu tombé dans l’oubli et c’est dommage. Will Ferrell trouve sa place dans un univers assez loin du sien et fait des merveilles.

via GIPHY

16 – Une Nuit au Roxbury (John Fortenberry, 1998)

Le premier gros coup d’éclat de Will Ferrell, qui démontre de quel bois il est fait. Assez foutraque mais très drôle et de toute façon tellement délirant qu’au final, difficile de ne pas succomber.

via GIPHY

17 – Moi, Député (Jay Roach, 2012)

Le duel Will Ferrell – Zach Galifianakis fait des étincelles et porte cette parodie politique tout du long, jusqu’à encourager à pardonner le côté assez conventionnel du scénario.

via GIPHY

18 – Match en Famille (Jesse Dylan, 2005)

Un très bon film familial, drôle et porteur d’une belle morale.

via GIPHY

19 – Very Bad Dad (Sean Anders, 2015)

Will Ferrell/Mark Wahlberg deuxième ! Conventionnel certes, mais très drôle et tendre.

via GIPHY

20 – Winter Passing (Adam Rapp, 2005)

Un des rares drames de la filmographie de Will Ferrell. Certainement le plus sombre. Là encore, la preuve que Ferrell peut tout jouer est probante.

via GIPHY

@ Gilles Rolland

Par Gilles Rolland le 16 juillet 2017

Déposer un commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments